Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 05Article 546295

General News of Monday, 5 October 2020

Source: Actu Cameroun

NOSO: nous voulons un statut similaire à celui que le Québec a au Canada - Elie Smith

Le coordonnateur de la Conférence générale des anglophones, dans un entretien accordé au journal Mutations, souhaite que le statut spécial accordé aux régions anglophones ne doit pas similaire à celui des huit autres régions.

« Nous voulons un statut similaire à celui que le Québec a au Canada. » C’est ce qu’a déclaré Elie Smith, le coordonnateur de la Conférence générale des anglophones, dans l’entretien qu’il a accordé au journal Mutations en kiosque ce lundi.

S’exprimant sur l’application des résolutions du grand dialogue national (GDN), il a affirmé être resté sur sa faim. « Honnêtement, je n’ai encore vu aucune réalisation. Les résolutions portaient notamment sur la création d’un statut spécial pour ces deux régions. C’est cela notre priorité. Ce statut spécial ne doit pas être un vain mot. Nous voulons savoir le contenu du statut spécial, mais depuis on n’en parle plus. Ce statut spécial ne doit pas être similaire à celui des huit autres régions. Nous voulons un statut similaire à celui que le Québec a au Canada. Le gouvernement a pour habitude d’être lent dans l’application des décisions. Nous voulons voir le respect du système judiciaire et le respect du système éducatif », a exprimé le journaliste international camerounais anglophone.

Les priorités au sortir du GDN

Selon lui, les priorités à exécuter au sortir de ce GDN devrait être le statut spécial des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. « Le problème que nous avons au Cameroun est le non-respect du pacte qui a été signé en 1961 entre le Southern Cameroon et la République du Cameroun. Ce pacte a été violé en 1972. Donc, nous attendons que la Common law soit effective et ne soit pas diluée ; que le système éducatif anglophone soit respecté. », a-t-il confié.

Le gouvernement camerounais a engagé la reconstruction des régions anglophones alors que les hostilités se poursuivent. Elie Smith pense que cette initiative est à encourager car on ne doit pas attendre que les hostilités cessent pour reconstruire les hôpitaux qui ont été détruits, les écoles incendiées… Il pense que c’est une bonne chose. Mais ce programme ne doit pas « noyauter » le désir de chercher une solution définitive à ce problème dont la solution viendra sur le plan politique.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter