Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 15Article 618616

Politique of Wednesday, 15 September 2021

Source: www.camerounweb.com

NOSO : le régime Biya accusé d’entretenir un 'faux' groupe séparatiste

Image illustrative Image illustrative

• de graves accusations portées par Michel Biem Tong, un journaliste en exil

• les individus tués, méconnus des groupes officiels des séparatistes

• des accusations qui discréditent davantage le régime Biya dans la crise anglophone



Le régime de Paul Biya entretient-il un groupe parallèle de séparatistes dans la crise anglophone ? C’est du moins ce que croit savoir Michel Biem Tong, un journaliste camerounais en exil. Cette lourde accusation est difficilement vérifiable sur le terrain, même si l’homme de média avance certaines preuves.

Pour Michel Biem Tong, il ne fait pas l’ombre de doute. Le régime de Paul Biya a créé un groupe séparatiste dans le but de semer la confusion au sein de la lutte anglophone. Tout d’abord, il a tenu à clarifier la situation suite aux affrontements qui ont eu lieu dans la nuit de dimanche 12 au lundi 13 septembre 2021, dans la région du Nord-Ouest. Pour lui, l’information selon laquelle 4 combattants séparatistes ont été tués relève d’une manipulation. Il soutient que les 4 individus présentés comme étant des combattants séparatistes ne le sont pas. Ils feraient plutôt partie d’un groupuscule parallèle formé par le régime Biya.
«Ces 4 jeunes gens n’ont jamais été des combattants séparatistes mais des membres d’un faux groupe séparatiste formé et armé par le régime Biya pour semer la confusion au sein de la lutte anglophone et discréditer aux yeux de la communauté internationale, les vrais combattants», a-t-il posté sur son compte Twitter.

Officiellement, les quatre jeunes tués sont présentés comme étant des séparatistes neutralisés par une patrouille de l’armée régulière, en mission de ratissage. Ils auraient été neutralisés dans la nuit de dimanche à lundi à Ntarikon un quartier de Bamenda. «Ces combattants avaient bloqué la route. Ils ont refusé de se rendre et de répondre aux sommations de nos forces défenses», a expliqué le gouverneur de la région du Nord-Ouest.

Notons que cette crise anglophone est liée à la situation socio-politique spécifique des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (NOSO) du Cameroun et dure depuis plusieurs années et a fait des milliers de victimes aussi bien civiles que militaires

Rejoignez notre newsletter!