Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 03Article 611653

Actualités of Tuesday, 3 August 2021

Source: www.camerounweb.com

NOSO: le 'General No Pity' donne un ultimatum de 48h à l'armée pour libérer ses proches

Il menace d'attaquer les villes francophones Il menace d'attaquer les villes francophones

• Des membres de la famille du « General No Pity » ont été arrêtés

• Le « General No Pity » donne un ultimatum de 48h à l'armée

• Il menace d'attaquer les villes francophones



Le chef des combattants sécessionnistes de Bambalang, dans la région du Nord-ouest, populairement appelé « General No Pity », a révélé dans un message audio que les forces de l'État ont arrêté aujourd'hui toute sa famille, y compris les membres de sa famille élargie.
« Si quelque chose leur arrive, j'envahirai les régions francophones et je viserai les civils. Je donne 48 heures aux forces de l'Etat pour les libérer, sinon, ils verront l'autre côté de moi. Ma mère, mon père, mes oncles, mes tantes ne m'ont pas envoyé au combat... C'est ma décision personnelle. Je vais faire des ravages. », a déclaré le chef de guerre.

Cette mesure vise à le forcer à déposer son arme comme lui-même le précise dans le message. Il met en garde l’armée camerounaise et menace d’attaquer certaines localités francophones comme Bamoun et Douala.
« La dernière fois qu'ils ont arrêté mon frère et m'ont demandé de me rendre, je ne l'ai pas fait. Le taux de mortalité du côté de Bamoun sera insupportable, même à Douala. Toute brigade qui héberge ma famille devrait attendre ma venue. Il est resté là-bas et a été exploité plus tard avant d'être libéré. Pensez-vous que cette fois-ci, je vais me montrer ? Jamais ! », martèle « General No Pity ».

Il faut souligner que ce n'est pas la première fois que des proches des combattants et dirigeants d'Ambazonie sont arrêtés par les forces de l’ordre. La mère et la sœur de Chris Anu du « gouvernement intérimaire » et d'Oliver Lekeaka alias Filed Marshall ont été arrêtées. Celle de l'activiste Mark Bareta a également été arrêtée et libérée plus tard.

Cependant, aucun d'entre eux n'a fait une sortie aussi audacieuse que « No Pity ». S'il joint le geste à la parole, alors, compte tenu du nombre important de villageois le long de la frontière entre les régions de l'Ouest et du Nord-Ouest, il y aura un véritable carnage.

Traque du 'General No Pity': voici les instructions envoyées aux militaires sur le terrain

La décision du déploiement du renfort dans la zone anglophone a été prise au cours d'une réunion de sécurité exclusive du gouvernement camerounais qui s'est tenue à huis clos à Yaoundé le dimanche 20 juin 2021. Le but de la réunion était d’évaluer les dommages et les pertes subis par l'armée lors des affrontements avec les forces séparatistes d'Ambazonie, en particulier le groupe commandé par le général autoproclamé « No Pity de Bambalang » dans le département de Ngoketunjia situé dans la région Nord-Ouest.

Selon les recoupements de la rédaction de CamerounWeb, il a été convenu qu'un arsenal militaire complet soit déployé avec pour seul objectif de traquer et de tuer le « General No Pity » de la « Marine Force of Bambalang », un groupe armé sécessionniste ambazonien.

Une source sécuritaire précise à la rédaction qu'une unité spéciale chargée de tuer « No Pity » a également été déployée dans la région.
Voici le mémo secret envoyé aux soldats sur le mouvement du « Général No Pity ».
“Hvrc xx selon informateur de source habituellement sure xx groupe opfor Speudo Générale No pity xx aurait formé deux colones d’une vingtaine de motos environs xx et se dirige l’un vers TADU a kumbo et l’autre vers NDU dans le Dungah Mantung xx selon même source xx axe Ndop Sabga aurait ete mine à hauteur de bamessing xx dans le but d’attaquer tous convoi fds sur dit axe xx vigilance maximale precrite dans tous les postes xx CR des que faits nouveaux xx et fin”.

Lors de l’Opération « Klean Kumbo », le Général Nka Valère n’a pas manqué de souligner le danger que représentent le « Général No Pity » et ses hommes dans la région et a promis les neutraliser.
« Il y a un individu qu’on appelle NO PITY qui, profitant donc de ces négligences que ce soit à Laissin, Galim, Menfu et autres, même mode opératoire; il semble que les hommes ont baissé la garde, la nuit ils se retrouvent avec les femmes au poste; on vient, on les tue, on prend les armes, on les brandit sur les réseaux sociaux, on commence à croire que ce sont les grands guerriers. Ce Monsieur reste une cible prioritaire; je vous ai dit ainsi que les Isubu, Capo et autres.» a-t-il déclaré devant ses après la mort de plusieurs soldats.

Il faut rappeler que les Nations unies estiment que le conflit a provoqué la fuite de plus de 63 235 réfugiés camerounais, hommes, femmes et enfants, vers les États d'Akwa-Ibom, Benue, Cross River et Taraba au Nigeria. Plusieurs ONG affirment qu'au moins 13 000 personnes ont été tuées dans le conflit.

Rejoignez notre newsletter!