Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 28Article 610654

Actualités of Wednesday, 28 July 2021

Source: www.camerounweb.com

NOSO: la tension monte au sein de l'armée, le Gal Nka Valere convoqué à Yaoundé

• Le ministère de la défense est accusé de cacher les chiffres sur les décès des militaires

• Les comptes rendus de renseignement opérationnel sont systématiquement tripatouillés

• Béti Assomo convoque le général Nka Valere


C’est un fait ! Des dizaines de militaires camerounais sont tombés au front dans la lutte armée qui secoue les régions anglophones du Cameroun. Cette triste réalité commence par créer la psychose au sein de la hiérarchie militaire.

En effet la rédaction de CamerounWeb apprend par le biais du lanceur d’alertes Boris Bertolt que, «des officiers supérieurs de renseignement de l’armée camerounaise dénoncent le fait qu’ils sont actuellement dans l’incapacité de faire leur travail.». Cette frustration serait due au fait que les comptes rendus de renseignement opérationnel sont systématiquement tripatouillés par les hommes politiques qui imposent les contenus.

Il précise que la situation est d’autant plus grave que « plusieurs officiers de l’armée confient que le nombre de militaires décédés sur le front en zone anglophone est largement supérieur à ceux publiés officiellement ou même ceux en circulation sur les réseaux sociaux ». Cette pratique serait justifiée par la volonté des gouvernants de « ne pas démoraliser la troupe ».

A ce scandale s’ajoute l’affaire du choix des éléments sur le terrain. En effet, on accuse la hiérarchie militaire de protéger ses proches « alors que d’autres sont relevés certains doivent attendre parfois 1 ans voir deux ».

La rédaction de CamerounWeb apprend aussi qu’afin de calmer la tension sur le terrain, le général Nka Valere, commandant des opérations en zone anglophone, est convoqué de toute urgence au ministère de La Défense pour s’expliquer face à Beti Assomo.

NOSO: plusieurs militaires camerounais font défection

La violence des combats ces dernières semaines dans les deux régions anglophones du Camerounais font d’énormes victimes dans les deux camps. Les pertes dans les rangs des militaires commencent à avoir des conséquences néfastes sur les troupes avec des défections.

En effet, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, un groupe de militaires camerounais déployés dans la zone anglophone dénonce l’attitude de certains de leurs camarades qui ont déserté les lieux.
«Dieu est avec nous, nous ne mourrons pas dans cette guerre... On se moque de nos camarades qui nous abandonnent sur le terrain et s'échappent... Un adjudant, il n'a même pas honte. Si c'est pour le vol d'argent il est fort!!! », a déclaré un soldat après avoir neutralisé deux engins explosifs improvisés (EEI) placés par les sécessionnistes sur leur chemin.

Il affirme aussi dans la vidéo avoir combattu acharnement les éléments sécessionnistes dans la localité.
"Nous ne sommes pas des démineurs mais on a choqué tout à l'heure avec eux. Un a explosé, voici le trou... Voilà le deuxième les gars.", a-t-il précisé

Pour l’heure, la rédaction de CamerounWeb n’est pas en mesure de préciser ni le lieu ni la date où cette vidéo a été enregistrée.

Mais il faut signaler que s'étend de jour en jour vers la région de l'Ouest avec son lot de dégâts. C’est le cas de la région de l’Ouest. Selon l’armée, plus d’une vingtaine de civils et des éléments des forces de défense et de sécurité tués suite aux attaques dans le département des Bamboutos depuis 2020. Il a fait l’objet de plusieurs attaques dont la dernière est celle du 14 juillet 2021 à Zavion dans l’arrondissement de Babadjou où deux gendarmes ont été tués puis décapités, les assaillants ont attaqué le poste de contrôle mixte situé à la frontière entre les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest. Cette attaque faisait suite à celle de Galim dans la nuit du 29 au 30 avril 2021, un assaut sur le poste militaire de Menfoung qui a coûté la vie à quatre militaires. Des armes sophistiquées ont été emportées par les assaillants après leurs différents raids.