Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 13Article 588988

General News of Tuesday, 13 April 2021

Source: Cameroon Info

NOSO: la question sera finalement débattue à l’Assemblée nationale

La problématique va figurer dans l’ordre du jour de la prochaine rencontre des députés, quatre ans après le début du conflit. Le Social Democratic Front en avait fait un marronnier à l’entame de toutes les sessions.

Le conflit armé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest est en passe de faire l’objet de débat à l’Assemblée Nationale du Cameroun. Du moins, si l’on s’en tient à cet article du quotidien Le Jour, paru ce mardi 13 avril 2021. « La crise qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sera enfin inscrite à l’ordre du jour en juin prochain. De quoi espérer car depuis le déclenchement de la crise en octobre 2016, l’Assemblée nationale n’avait véritablement pas ouvert un cadre de débat à cette situation aux conséquences funestes », révèle le tabloïd de Haman Mana, presque de manière péremptoire.

Le député et premier vice-président du Social Democratic Front (SDF), Joshua Osih, acquiesce quasiment à l’affirmative cette nouvelle, qui a longtemps constitué une préoccupation pour son parti politique à l’entame de toutes les sessions parlementaires.

« On s’est toujours battus pour un débat sur la crise qui secoue les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Cela a été acté et pourrait être inscrite à l’ordre du jour lors de la session de juin. Je pense qu’on reviendra sur cette question en juin et sur le débat d’orientation budgétaire. Cette session était dense. Nous rentrons avec le sentiment d’avoir joué à bien notre rôle. C’est important de savoir que les sessions se suivent et ne se ressemblent pas », a-t-il confié dans les colonnes de ce même journal.

Le parti de Ni John Fru Ndi avait même boycotté l’ouverture de la session de novembre 2017, pour forcer la main au gouvernement afin qu’il inscrive cette problématique à l’ordre du jour des discussions. Rien n’y avait été fait. L’ex député SDF Joseph Wirba, l’un des premiers parlementaire à soulever cette problématique, alors que le conflit était encore à ses débuts, avait fini par démissionner de l’assemblée, de guerre lasse.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter