Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 15Article 527599

General News of Wednesday, 15 July 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Négociations avec les sécessionnistes: 'Paul Biya n'est pas aux commandes'


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le récent communiqué de presse du ministre de la Communication du gouvernement camerounais, René Sadi, dans lequel il a déclaré que Yaoundé n'est en pourparlers avec le président Sisiku Ayuk Tabe et ses principaux collaborateurs '', comme l'ont largement rapporté les médias locaux et internationaux, a poussé de nombreux commentateurs politiques à venir à la conclusion qu'il n'y a pas de place pour le président Biya, 87 ans, dans l'avenir du soi-disant «Cameroun unique et indivisible».

Nous du Cameroun Concord News Group soutenons cette ligne dure après une semaine d'enquête dans la capitale nationale Yaoundé a révélé que Biya est simplement une tête de cérémonie et n'est plus aux commandes.

C'est un secret de polichinelle que le régime du Cameroun est à l'origine de 99,9% des atrocités commises au Cameroun méridional. Mais Paris a soutenu son allié et personne, pas l'UE ou le CSNU, ne demande des sanctions contre Biya et l'armée dominée par les francophones.

Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, est impuissant mais se présente toujours comme un leader prêt à faire ce qui est nécessaire. Après avoir reçu une statue en or du président Biya lors de son dernier voyage au Cameroun, António Guterres n'a pas fait prendre conscience à Yaoundé de sa responsabilité dans les actions sanglantes en cours dans le sud du Cameroun.

Le président de la Fédération suisse s'est entretenu par téléphone avec le président Biya et a tweeté que la Suisse était prête à accueillir des discussions en face à face avec les dirigeants français et britannique du sud du Cameroun. Cependant, rien n'est dit sur la volonté de la communauté internationale de s'engager dans un changement de régime à Yaoundé.

La suppression de Biya devrait être la priorité absolue de l'UE et des États-Unis. "Nous du Cameroun Concord News et du Cameroun Intelligence Report sommes fortement en faveur de toute action internationale et bien coordonnée qui révoquera Biya de ses fonctions. Certes, une forme de changement de régime est inévitable à Yaoundé."



L'avenir à moyen et long terme d'un Pacifique français et méridional du Cameroun ne comprend plus le président national du syndicat du crime au pouvoir, le président Paul Biya. Les Français tolèrent les abus du régime de Biya depuis quatre décennies bloquant toute action de l'ONU contre Yaoundé.

Cependant, Biya doit rendre des comptes et la communauté internationale doit avancer aussi rapidement que possible vers la paix et la stabilité dans les deux Cameroun.

La position libérale n'est plus acceptable

L'actuelle administration américaine, l'Union européenne prennent une position douce contre Yaoundé et la complicité du président français Emmanuel Macron, y compris le président francophone de l'Union africaine, dans les attaques de Biya contre des civils dans le sud du Cameroun.

Les gouvernements du Commonwealth ont durci leurs positions, mais tout reste sur la carte et imprécis quant à ce que le Commonwealth devrait dire et faire après que la baronne corrompue Patricia Scotland se soit retirée.

Le Royaume-Uni, la France et le Nigéria doivent jouer un rôle clé dans les pourparlers de paix pour développer une voie commune en persuadant Biya d'accepter une transition ordonnée vers un nouveau gouvernement à Yaoundé et en invitant les dirigeants des deux Cameroun à des pourparlers.

Avec 32 500 Camerounais du Sud tués, 550 villages du Cameroun méridional incendiés, 125 000 réfugiés, 1,4 million de déplacés internes et 3 000 encore détenus, toute intervention militaire aura une base solide en droit international.

Le vice-président du sud du Cameroun, Dabney Yerima, dans une interview avec SCBC TV, a noté que la communauté internationale est toujours à la recherche des bons mots pour décrire le régime vicieux et défaillant du Cameroun français à Yaoundé et a ajouté que les choses devraient être faites et faites à la hâte pour éviter une répétition du Rwanda.





Le chemin vers la paix au sud du Cameroun ne comprend pas le président Biya

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter