Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 20Article 614695

Actualités of Friday, 20 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Nécrologie : l’archéologue camerounais Denis Nizesete n’est plus

Il laisse un grand héritage dans la recherche en archéologie Il laisse un grand héritage dans la recherche en archéologie

Il a rendu l’âme il y a quelques jours.

Il était enseignant au département d’histoire de l’université de N’Gaoundéré.

Il laisse un grand héritage dans la recherche en archéologie.

L’université de Ngaoundere dans la partie septentrionale du Cameroun est frappée par le deuil. Un de ses éminents enseignants vient de s’en aller.

C’est un communiqué du doyen de cette faculté qui a annoncé la triste nouvelle. « Le Doyen de la Faculté des Arts Lettres Sciences Humaines a le regret d'annoncer le décès du Pr Denis Nizesete. Enseignant au département d'histoire à la faculté des arts lettres et sciences humaines de l'Université de Ngaoundere. Une bien triste nouvelle. Un très grand homme à tous égards qui nous quitte dans la fleur de l'âge, surtout à un moment important de sa carrière. À toute la famille j'adresse mes sincères condoléances, ainsi que celles de toute la grande famille de la Falsh dont je me fais globalement le porte-parole », écrit le doyen dans son communiqué.

L’archéologue.

L’importance des travaux du professeur Denis Nizesete ont porté sur l’archéologie. Il avait soutenu une intitulée « les hommes et le bois dans les Hauts plateaux de l'Ouest-Cameroun. Des éléments pour l'archéologie, l'histoire et la technologie du bois dans les Grass Fields ». Il est aussi l’auteur de plusieurs livres dont un est intitulé : « Apports de l'archéologie à l'histoire du Cameroun », paru aux éditions l’Harmttan, Paris. Le maitre de conférences en science historique et archéologique pensait que le Cameroun n’est pas encore prêt à recevoir les objets d’art pris pendant la colonisation. Il expliquait que le Cameroun n’avait pas pris des dispositions infrastructurels pour conserver ces objets d’arts. La situation sécuritaire des musées et des galeries d’art étaient le plus gros problème selon lui. L’archéologue proposait alors que le Cameroun forme au préalable des hommes capables de gérer le rapatriement des objets d’arts.

Rejoignez notre newsletter!