Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 11Article 519619

General News of Thursday, 11 June 2020

Source: cameroon-info.net

Nécrologie : Paul Biya frappé par un deuil !


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’ambassadeur itinérant à la présidence de la République et ancien gouverneur de province est décédé le 5 juin dernier des suites de maladie à l’âge de 87 ans.

Une certaine génération de Camerounais se souvient encore de ces leçons d’Instruction civique (Education civique aujourd’hui), lorsqu’ils étaient appelés à citer les noms des gouverneurs des sept provinces (régions actuelles) du Cameroun. Parmi ces personnalités, Marcel Medjo Akono, qui a notamment été à la tête des provinces de l’Ouest de septembre 1972 à mars 1979 et du Littoral de mars 1979 à janvier 1982. Ce haut commis de l’Etat, né le 28 juillet 1933 à Foulassi, dans l’actuel département du Dja-et-Lobo, est arrivé à la tête de la province de l’Ouest à 39 ans seulement. Il est du reste l’un des premiers à occuper ce poste sous sa nouvelle appellation, les gouverneurs de province ayant remplacé les inspecteurs fédéraux d’administration.

Il s’agit ici du couronnement d’une carrière dans le commandement territorial qui a commencé en 1964 comme adjoint à l’Inspecteur fédéral de l’Ouest. Après des études primaires à Foulassi et Sangmélima, Marcel Medjo Akono va s’inscrire au Collège moderne de Nkongsamba et au Lycée général Leclerc de Yaoundé.

Il intègre ensuite l’Ecole camerounaise d’administration (ECA), ancêtre de l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (ENAM), avant d’aller se perfectionner à l’Ecole nationale d’administration (ENA) de Paris, et à l’Institut des Hautes Etudes d’Outre-Mer (IHEOM) de la même ville jusqu’en 1963. Administrateur civil principal, il a connu une carrière bien remplie qui a commencé avant ses études en France. En 1956, et âgé de 23 ans, il devient stagiaire au Trésor général de Yaoundé. L’année d’après, il est nommé agent spécial du Trésor à Yingui dans le département du Nkam.

Lorsqu’il regagne le Cameroun après sa formation en France, il est promu directeur des Affaires contentieuses au ministère de l’Administration territoriale en 1963. L’année d’après, il est adjoint à l’inspecteur fédéral de l’Ouest. En 1965, il est affecté comme adjoint au préfet de la Lékié. Il n’y restera que quelques mois avant d’être promu préfet du département du Nyong-et-Kellé. Un poste qu’il va alors cumuler avec celui de maire de la ville d’Eseka.

Il fera de même à Bafia, lorsqu’il est appelé à prendre les rênes du département du Mbam en 1969. Il partira de Bafia pour occuper les fonctions de gouverneur de l’exprovince de l’Ouest. Après l’ex-province du Littoral, il est appelé à d’autres fonctions. Mais ce sera pour peu de temps, puisque Marcel Medjo Akono est ensuite nommé secrétaire général du Conseil économique et social (CES) en 1987. Il va passer trois années à ce poste avant d’être admis à faire valoir ses droits à la retraite. En 2000, le haut commis de l’Etat est nommé ambassadeur itinérant à la présidence de la République.

Un poste qu’il a occupé jusqu’à son décès survenu le 5 juin dernier des suites de maladie dans une formation hospitalière de la ville de Yaoundé. L’originaire de Bengbis dans le département du Dja-et-Lobo laisse une veuve, sept enfants et plusieurs petits-fils .

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter