Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 25Article 615433

Actualités of Wednesday, 25 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Nécrologie: Marafa Hamidou Yaya pleure toujours, 4 années après

Marafa Hamidou Yaya et sa femme décédée il y a  4 ans Marafa Hamidou Yaya et sa femme décédée il y a 4 ans

• L'ancien SG de la présidence est toujours en prison

• Ce mercredi 25 août 2021, cela fait 4 ans que son épouse est décédée

• Jeannette est morte à Paris des suite d'une maladie


L'ancien ministre d'Etat et ancien SG de la présidence se rappelle encore des belles années passées avec son épouse Jeannette. Cette dernière est morte il y a quatre (4) années à Paris.

Ce mercredi 25 août, l'ancien ministre a publié sur sa page Facebook, une photo de sa femme, accompagné d'une citation de Victor Hugo: "Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis".

Jeannette Marafa jusqu’à son dernier souffle un vendredi 25 août 2017 à Paris, était l’un des meilleurs avocats de son mari et sa plus grande force.

Elle a toujours monté au front, en première ligne avec bravoure pour défendre Yaya reconnu par la communauté internationale comme un prisonnier politique et condamné à vingt-cinq ans de prison pour des détournements de fonds qu’il a toujours niés.

Elle a usé de toutes de ses forces pour desserrer l’étau politico-judiciaire qui s’est refermé sur lui et obtenir sa libération.

On se rappelle encore de Jeannette il y a trente ans, lorsqu’elle avait sauvé du peloton d’exécution son époux Yaya Hamidou, peu après le coup d’État manqué contre Paul Biya le 6 avril 1984.

Cette mère de famille de trois enfants, qui s’est dotée d’une solide formation universitaire, a choisi de vivre dans l’ombre en gérant sa boutique de galerie d’art de Yaoundé.

Toujours digne, elle est restée une «femme debout», la brave native de Douala, n’a jamais baissé les bras, car elle est convaincue que l’homme qui partage sa vie depuis plus de trois décennies n’est pas coupable des faits pour lesquels il a été condamné à 25 ans de prison. Une peine que Jeannette a réussi à faire réduire à 20 ans.

Après avoir quitté le Cameroun avec ses enfants pour Paris à la veille de l’arrestation de son mari, elle n’a pas caché sa peur pour sa vie et celle de ses enfants. «J’ai eu peur pour tout le monde, pour moi, pour mes enfants. J’ai été menacée plusieurs fois. On a dévissé les roues de ma voiture une première fois et j’ai failli avoir un accident. La deuxième fois, on a cassé complètement ma voiture. J’en ai appelé aux autorités françaises qui m’ont proposé une protection policière».

Elle avait confié pendant ce temps que les avocats de son époux aussi travaillaient dans des conditions difficiles. Alors que ceux du Cameroun subissent des pressions, leurs confrères parisiens ont essuyé des refus de visa d’entrée au Cameroun.

Rejoignez notre newsletter!