Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 06 11Article 464691

General News of Tuesday, 11 June 2019

Source: rcinet.ca

Morts en Ambazonie: le Canada s'invite dans la crise en zone anglophone

Le Canada est profondément préoccupé par l'escalade de la violence dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, ont déclaré des responsables d'Affaires mondiales Canada.

Les deux régions sont aux prises avec une campagne armée de la part de militants anglophones cherchant à obtenir l'indépendance du pays à majorité francophone.

Le 1er octobre 2017, ils ont déclaré la création de la «République d'Ambazonia» couvrant les deux régions anglophones incorporées au Cameroun après l'indépendance en 1961.

Le gouvernement a réagi par une répression brutale et les séparatistes ont à leur tour lancé une campagne d'attaques contre des bâtiments de l'État, de tirs et d'enlèvements.

Selon le groupe de réflexion International Crisis Group, 1 850 personnes ont été tuées, tandis que plus de 530 000 personnes ont été forcées de quitter leur domicile, selon les chiffres de l'ONU.

Le Canada surveille de près la situation au Cameroun
Un rapport du Centre pour les droits de l'homme et la démocratie en Afrique (CHRDA), basé au Cameroun, et du Centre pour les droits de l'homme Raoul Wallenberg, basé à Montréal, a accusé les forces armées de mener «une campagne délibérée et violente contre les populations civiles».

Les groupes de défense des droits s'inquiètent de la crise "négligée" au Cameroun
«Nous condamnons les actes de violence et déplorons les pertes en vies humaines depuis le début des tensions dans les deux régions», a déclaré la porte-parole d'Affaires mondiales Amy Mills dans un communiqué à Radio Canada International.

"Nous avons été alarmés par la réaction des forces de sécurité lors des récentes manifestations pacifiques et des récentes arrestations de militants et de responsables politiques."

Le Canada appelle toutes les parties au Cameroun à faire preuve de retenue, à dénoncer les discours haineux et à engager un dialogue pacifique, a-t-elle ajouté.

«Le Canada suit de près la situation au Cameroun et a fait part à plusieurs reprises de ses préoccupations, notamment en matière de droits de l'homme, au gouvernement camerounais», a déclaré M. Mills. «Le Canada continue d'encourager fortement le dialogue comme moyen privilégié de résoudre la situation.»

Le Canada s'est dit prêt à aider le Cameroun dans son processus de retour à la paix et à partager son expertise technique et ses connaissances en matière de bilinguisme et de multiculturalisme, a-t-elle ajouté.

Aide humanitaire canadienne au Cameroun

Honrne Waba, 40 ans, qui a fui le village de Njinikom, dans le nord-ouest du pays, à cause de la violence, cuisine dans la cour de la maison où elle réside à Yaoundé, au Cameroun, le 3 octobre 2018. (Zohra Bensemra / REUTERS)

En avril 2018, le député libéral Matt DeCourcey, secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, s'est rendu au Cameroun, où il a rencontré le gouvernement camerounais et a exprimé l'inquiétude du Canada face à la situation et à la nécessité de maintenir un dialogue ouvert et inclusif, a déclaré Mills.

Il a également annoncé un financement de plus de 27 millions de dollars pour des partenaires humanitaires au Cameroun, au Niger, au Nigéria, au Tchad et au Tchad.

En avril 2019, le Canada a annoncé l'octroi d'une aide humanitaire de 6,65 millions de dollars au Cameroun pour 2019, a déclaré M. Mills.

Le financement canadien comprend l'appui au Comité international de la Croix-Rouge (CICR), au Programme alimentaire mondial (PAM), au Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), au Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). et les ONG internationales, pour fournir une assistance vitale aux communautés touchées par la crise, y compris les populations déplacées dans les régions anglophones, a-t-elle ajouté.

Le financement comprend une contribution d'un million de dollars au Conseil norvégien pour les réfugiés afin de mettre en œuvre une initiative multisectorielle dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

«Le Canada a appuyé et continuera d'appuyer les initiatives de renforcement des capacités de la société civile dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dans différents domaines, notamment les droits de la personne, la participation des femmes et des jeunes au processus démocratique, la médiation communautaire et la consolidation de la paix, ainsi que gouvernance locale », a déclaré Mills.

Les responsables camerounais n'ont pas pu être joints pour commenter.

Toutefois, dans une déclaration du ministère camerounais des Relations extérieures du 13 mai, des responsables à Yaoundé ont rejeté les préoccupations de la communauté internationale quant à la situation dans le pays et ont mis en garde de toute ingérence dans ses affaires intérieures.

«Le gouvernement a jusqu'ici fait preuve d'un sens des responsabilités élevé et d'un engagement soutenu pour la recherche de solutions durables aux problèmes auxquels notre pays est confronté, notamment la protection des droits humains et l'assistance humanitaire apportée aux victimes du terrorisme, qui cause de nombreux ravages. dans les régions touchées ", indique le communiqué.

Il a également rappelé à la communauté internationale «l'échec manifeste des interventions dans certaines zones de tensions en Afrique à l'initiative d'autres États».

Le gouvernement travaille à la recherche de solutions "véritablement camerounaises et reflétant nos propres réalités", indique le communiqué.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter