Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 06Article 586588

General News of Tuesday, 6 April 2021

Source: Journal Du Cameroun

Mort du cardinal Tumi : la réaction du gouvernement camerounais toujours attendue

Depuis l’annonce de sa mort le 3 avril 2021 par l’archevêque de Douala Samuel Kleda, aucune sortie du gouvernement n'a été enregistrée. Un silence qui tend à confirmer la distance du pouvoir vis à vis du prélat de 90 ans réputé pour sa liberté de ton sur des questions publiques.Dans la pluie d’hommages au Cardinal Christian Tumi décédé ce weekend.

Le chef de l’Etat Paul Biya s’est juste contenté par un tweet d’adresser des souhaits de bonne  fête de Pâques à tous les chrétiens, ignorant le choc que subissent ces derniers avec la disparition du premier cardinal de l’histoire du Cameroun.

Il  affiche toujours en ouverture une audience accordée par le chef de l’Etat  au Haut-Commissaire du Royaume de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord,  Rowan James Laxton, au Palais de l’Unité le jeudi 1er avril 2021.

C’est le black-out total au ministère de la Communication. René Emmanuel Sadi, porte-parole du gouvernement n’a visiblement pas jugé nécessaire de réagir en hommage à l’homme de Dieu, dont-il a pourtant condamné le 6 novembre dernier par un communiqué, l’enlèvement dans le Nord-Ouest par des sécessionnistes.

Depuis le décès de l’archevêque émérite de Douala, seules quelques personnalités publiques du gouvernement, à l’instar de Grégoire Owona, le ministre du Travail et de la sécurité sociale, ont réagi (via Twitter). Rejoignant l’once d’hommages d’acteurs politiques de l’opposition, des religieux et d’acteurs de la société civile.

Le silence du gouvernement tend à confirmer sa distance  vis à vis du prélat de 90 ans. Réputé pour sa liberté de ton sur des questions politiques, Christian Tumi n’était pas tendre envers le régime de Yaoundé. Il a souvent déconseillé Paul Biya de se présenter aux élections présidentielles,  et tout récemment encore, de démissionner du pouvoir.

Mais à la fin de ses jours, il saluait les efforts fait par le chef de l’Etat pour résoudre la Crise anglophone. Indiquant que les mesures prises jusqu’ici ont atténué les tensions sur le terrain. Pour davantage contribué au retour de la paix, le Cardinal  demande d’être reçu par le président de la République à la suite de son enlèvement. Cela ne lui sera jamais accordé jusqu’à son dernier souffle.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter