Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 11Article 561800

Politique of Friday, 11 December 2020

Source: camer

Monatele : Célestin Bedzigui et un conseiller municipal se renversent

Célestin Bedzigui exclut Bonaventure Missanga de son parti, accusant ce dernier d’avoir vendu sa voix au Rdpc lors des élections régionales dans la Lekie.

Dans un communiqué dont nous avons eu copie, le président du Parti de l’alliance libérale (Pal), Célestin Bedzigui, accuse formellement le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) d’avoir usé de « tous les moyens, allant de l’intimidation jusqu’à un intéressement matériel et financier » pour remporter les élections régionales dans la circonscription de la Lekie. « En cette occasion notamment, il nous a été donné de constater comment certains élus locaux, y compris de notre formation politique sont fragiles devant la corruption par quelques billets de 10.000 Fcfa et devant l’intimidation », a-t-il déclaré. Ces graves accusations ont été suivies d’une sanction extrême le 09 décembre dernier.

Célestin Bedzigui a définitivement exclu des rangs de son parti Bonaventure Missanga Ohandja, conseiller municipal à la commune de Monatele (région du Centre). L’intéressé serait impliqué « dans des transactions de corruption en relation avec des partis adversaires à l’occasion des élections régionales du 06 décembre 2020 dans la Lekie ». Depuis lors, les désormais ex-camarades se livrent à coeur joie à des invectives publiques. Dans sa réplique, le mis en cause n’est pas allé de main morte pour dire ses quatre vérités Célestin Bedzigui. « Vous venez d’étaler vos limites d’homme politique. Ayez le courage de faire votre bilan politique depuis 30 ans. Avec un peu de rigueur dans votre analyse, vous arriverez à la conclusion d’un bilan largement négatif », a rétorqué le conseiller municipal tombé en disgrâce.

Ce dernier prétend même avoir donné au patron du parti le rang qu’il occupe aujourd’hui dans l’exécutif municipal de Monatele. « Le seul mérite politique que vous pouvez brandir c’est que vous êtes le président national de votre parti et que vous êtes conseiller municipal adjoint au maire depuis un an, poste que je vous ai offert sur un plateau d’or grâce à mon leadership et mon expertise », a-t-il poursuivi, non sans s’autoriser une petit leçon politique à son vis-à-vis.

« Si je pouvais vous donner quelques conseils parece que vous pouvez encore vous vous rattraper et améliorer votre bilan, c’est de revoir votre comportement visà-vis de vos collaborateurs, d’écouter les autres, de placer vos ambitions à la hauteur de vos capacités », a-t-il professé. Visiblement conscient de la protection que lui assure l’article 15 (3) de la Constitution qui proscrit « tout mandat impératif », Bonaventure Missanga Ohandja se permet même de narguer le président du Pal sous la bannière duquel il a pourtant acquis son mandat à l’issue des élections couplées municipales et législatives du 09 février 2020. Heureusement après mon exclusion, je reste conseiller municipal dans la commune de Monatele ».

Ne pouvant laisser passer cet affront, Célestin Bedzigui s’est fondu en étonnements, qualifiant de « délire de la honte » ces diatribes de M. Missanga, « lui qui aura été incapable de figurer sur une liste de conseillers municipaux du Rdpc pendant des années, que le Pal a récupéré larmoyant au bord de la route du désarroi. Lui qui de surcroit a été battu lamentablement dans son propre village… », s’est défoulé le chef du Pal.

Manifestement irrité, M. Bedzigui qualifie son ancien camarade de « cadavre politique dont jamais plus personne ne supportera la pestilence ». Achevant, le président du Pal prédit à Bonaventure Missanga qu’il ne sera plus jamais conseiller municipal après ce mandat.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter