Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 15Article 541624

General News of Tuesday, 15 September 2020

Source: www.camerounweb.com

Mohamadou Bayero Fadil révèle (enfin) les dessous de la succession d'Ahidjo par Paul Biya

Comprendre les origines profondes du soutien d’antan et pérenne du Grand Nord au Président Paul Biya, le Dr Mohamadou Bayero Fadil, membre du comité central du Rdpc et Vice-Président de la coordination du parti dans le Wouri et autres Superviseur Général de l’association de la Communauté du Grand nord du Wouri (CGN) perce le mystère, dans un entretien à bâtons rompus.

C’est dans un entretien accordé à nos confrères de Tropikinfo que l’homme d’affaires camerounais est revenu sur les dessus de la succession d’Ahmadou Ahidjo par Paul Biya et la place du Grand Nord sur l’échiquier politique camerounais.

Camerounweb vous propose l’intégralité de l’entretien

Tropikinfo : Bonsoir Dr Mohamadou Bayero Fadil et merci d’avoir accepté notre invitation

MBF : Bonsoir, c’est toujours avec plaisir que je me prononce sur des sujets dignes d’intérêt, de nature à mieux éclairer la compréhension de nos compatriotes sur la marche de notre pays.

Les relations entre le Grand Nord et le Président de la République Paul Biya font très souvent l’objet des débats et commentaires autant au sein du parti au pouvoir que de l’opposition et même de la société civile. Chaque obédience y allant de sa sensibilité. Alors que pouvez-vous nous dire à la lumière de votre longue et riche expérience politique sur cette question ?

Il s’agit là d’un sujet hautement sensible et profond qui mérite d’être traité avec clairvoyance afin de bien situer les camerounais. En fait, ce qu’il faut comprendre, c’est que lorsque le feu Président Ahmadou Ahidjo transmet le pouvoir à Paul Biya et retourne à Garoua, celui-ci fera l’objet de pressions des siens, qui désapprouvaient son acte, l’encourageaient à demeurer à la tête du parti. Seulement, cette pression va se révéler totalement infructueuse, car le Président Ahidjo avait une vue panoptique de la République en tant que grand ensemble au sein duquel, seul l’intérêt de la communauté national doit primer.

Sous la pression de ses semblables, comment réagira le feu Président Ahidjo ?

Fidèle à sa politique inclusive (qui s’observe également chez le Président Biya), il ne se laissera pas distraire, au contraire, le Président Ahidjo décida d’aller un peu plus loin en convoquant les chefs traditionnels de premier degré du Nord, à l’époque, et de leur ordonner à tous, de faire allégeance à son successeur Paul Biya. C’est ainsi que ces gardiens de la tradition prendront également l’engagement de multiplier les prières en faveur du nouveau président, afin qu’il bénéficie des faveurs des ancêtres et des bénédictions de Dieu, et maintienne le cap, mais surtout, qu’il dure au pouvoir.

Et comment cela s’est-il manifesté ? Quels sont les symboles forts de cette alliance ou dirait-on de ce pacte ?

L’une des manifestations fortes de symbolisme se trouve dans le fait que jusqu’en 1992, les prières dans les mosquées et les lieux de cultes au Nord Cameroun s’achevaient par des formules invoquant le Dieu tout puissant à faire durer le pouvoir de Paul Biya, encore et encore.

Il s’agissait ainsi d’un engagement, mieux encore, d’une sorte de pacte, de rituel sacré à l’image du cadi à l’Ouest Cameroun pour soutenir le président Paul Biya jusqu’à la fin de son règne. Une souscription à laquelle, les Nordistes se sont engagés et ne peuvent trahir. De ce point de vue, le coup d’état du 06 avril 1984 ne pouvait que se solder par un échec.

Autrement dit, ce qui lie le Président Paul Biya au Grand Nord relève du sacré, du rituel et on sait la portée et la profondeur de ces actes pleins et éloquents de symboles. Est-ce à dire que ce pacte-là vaut aussi pour celui qui le succédera à la tête du pays ?

Alors, je vous réponds tout de suite Non, pas du tout. Et pourquoi serait-on tenté de s’interroger Eh bien, pour la simple raison, et il est opportun et même pertinent de souligner, que rien ne lie les ressortissants du Grand Nord avec quiconque viendra succéder au Président actuel, sauf si et seulement si, ces mêmes engagements se renouvelaient. Ce qui est difficile, compte tenu du contexte politique actuel, offrant un jeu politique plutôt ouvert.

On comprend donc la profondeur du soutien inconditionnel du Grand Nord à Paul Biya que d’aucuns qualifiaient de suivisme moutonnier. Alors que réponds le Superviseur Général de l’association de la Communauté du Grand nord du Wouri (CGN) que vous êtes ?

Vous savez les ressortissants du Septentrion sont d’une culture politique bien aiguisée contrairement à ce que beaucoup peuvent penser. Je le dis parce qu’en tant que cadre de mon parti le Rdpc, et originaire de cette partie du pays, j’échange de manière permanente avec les populations et il se dégage, un degré de maturité politique bien au-dessus de la moyenne.

Pour revenir aux origines profondes du soutien d’antan et pérenne du Grand Nord au Président Paul Biya, il faut ajouter à la suite des arguments développés plus hauts, que quoiqu’il arrive, ces prières, ces bénédictions, cet engagement vis-à-vis des ancêtres en faveur du Président Paul Biya, perdurent et transcendent les obédiences du Septentrion (Chrétiens Musulmans et animistes).

Dr Mohamadou Bayero Fadil nous rappelons que vous êtes membre du comité central du Rdpc et Vice-Président de la coordination du parti dans le Wouri, Président Directeur Général de MBF Fadil Holding, le pacte c’est comme on dire dans le jargon habituel une place, celle du Président Paul Biya, lui tout seul.

Tout à fait, autant les relations entre le Grand Nord et le Président Paul Biya sont pour ainsi dire, bâties et gravées dans le marbre de l’histoire, autant il est par conséquent de toute évidence clair qu’après le Président Biya, rien ne sera plus comme avant, et le Grand Nord se prépare déjà à la succession. Mon souhait personnel est qu’il reste encore pour longtemps au pouvoir mais vous conviendrez avec moi qu’à son âge, le chemin qui reste à parcourir est de toute évidence bien plus courte que celle déjà effectuée.

Dr Mohamadou Bayero Fadil, une dernière question pour sortir de cet entretien.
Vous êtes à Garoua depuis une semaine, est-ce une manière de vous positionner au moment où les Régionales occupent les devant de la scène?


Non pas du tout.
Je suis à Garoua pour me reposer et faire le vide. Il faut avouer que depuis 2018 nous n’avons pas arrêté de nous impliquer dans les activités socio politiques avec des résultats plus que satisfaisants.

Je vais aussi profiter de ma présence pour renouer les contacts avec la base du parti en tant que Senateur Suppléant de la Région du Nord et en même temps, rencontrer la société civile pour prêcher la parole de la paix et le respect des institutions républicaines.

Participez au sondage

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter