Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 29Article 516424

General News of Friday, 29 May 2020

Source: cameroon-info.net

Militaires camerounais impliqués dans des braquages : des noms sortent


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Les aveux des cinq présumés bandits de nationalité camerounaises arrêtés dans le pays ces jours-ci ont permis aux enquêteurs togolais de retracer le cheminement de ce pistolet de marque Tokarev.

C’est Yondoubé Douti, le commandant de la Brigade de Recherche et d’investigation de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) qui raconte cette sombre histoire au micro de la télévision nationale togolaise. Il parle aux journalistes venus se faire présenter cinq présumés bandits de nationalité camerounaise de leur arsenal. Il s’attarde particulièrement sur un pistolet automatique. C’est une arme, précise l’officier togolais, « de marque Tokarev et son chargeur est garni de 6 cartouches de calibre 9 millimètres ».

Ntanga Clément Didier alias Tony, chef des présumés bandits va se faire passer pour un homme d’affaires et revendeur de voitures auprès d’un commandant de l’armée camerounaise en fonction à la Présidence de la République du Cameroun. Ce dernier va lui remettre une avance de 36 millions de Francs CFA pour l’achat d’un véhicule de marque Mercedes G63 au port de Cotonou, au Bénin. Le faux commerçant décide de se trouver une arme à feu prétendument pour se protéger lors de son voyage.

« Tony contacte le nommé Oumarou Abbo Fadil, sergent des forces armées camerounaises pour que celui-ci lui trouve une arme pour sa sécurité durant le voyage. Le sergent Ouarou Abbo Fadil à son tour contacte le soldat Essimbi Francis magasinier d’armes de la Brigade du Quartier Général de Yaoundé qui accepte de soustraire du magasin le pistolet automatique de marque Tokarev. Ce pistolet sera loué à Tony pour un montant de 700000 (septe cent mille) Francs par semaine », fait savoir le commandant Douty.

La hiérarchie d’Essimbi Francis va se rendre compte de la disparition de l’arme « prêtée » frauduleusement. et va le punir pour sa faute. « Après deux semaines, l’arme louée n’est pas rapportée et à la suite d’un contrôle, le soldat Essimbi Francis ne pouvant pas justifier de l’absence de l’arme est mis aux arrêts ». Voyant cela, le sergent Oumarou Abbo Fadil, présenté comme son complice et qui selon le commandant togolais « avait déjà vendu un pistolet factice au sieur Tony » s’enfuit.

Il « déserte l’armée avec son complice Ewoundjo Elé Serge également sergent des Forces armées camerounaises », poursuit-il. Les deux militaires partent à la recherche de Tony afin de récupérer l’arme en question. Ils le trouveront au Bénin en compagnie d’un autre compatriote appelé Kameni Kevin. « Ce dernier réussit à les convaincre de venir au Togo pour commettre des braquages en ciblant une voiture, une Mercedes G63 ou tout autre véhicule grosse cylindrée année 2018 ou 2019 », raconte le chef de la DCPJ du Togo. Ainsi se termine le périple des malfrats camerounais et sans doute de leur pistolet volé au bercail.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter