Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 30Article 564722

General News of Wednesday, 30 December 2020

Source: www.camerounweb.com

Michel Biem Tong crache ses vérités à Junior Zogo !

Le journaliste et activiste anglophone Michel Biem Tong en exil en Europe critique violemment la dernière sortie de l'ex commissaire de police installé en France suite à des ennuis avec les autorités camerounaise et revient entre autres sur ses relations avec les sécessionnistes anglophones.

Depuis quelques mois déjà, Junior Zogo est devenu indésorable dans la communauté camerounaise à l'étranger et hostile au pouvoir de Yaoundé. Il est soupçonné d'être un agent double à la solde de ses anciens bourreaux. Il a été par ailleurs exclu du CODE, la puissante organisation des camerounais de l'étranger.

Ci-dessous la réaction de Michel Biem Tong

QUE JUNIOR ZOGO SACHE QUE :

- Le dictateur camerounais Paul Biya ne lui confiera jamais la tête des opérations spéciales au sein des services secrets camerounais parce qu'il bavarde beaucoup et n'est par conséquent pas digne de confiance

- Il ne m'a envoyé 15 000 FCFA par Emi Money qu'une seule fois, c'était en janvier 2015 et à cette époque, je vivais encore à Yaoundé au Cameroun. En dehors de ce transfert d'argent, je ne l'ai plus jamais sollicité pour quoi que ce soit.

- Je ne suis pas un Mbamois, ma maman ne s'appelle pas Régine mais Elisabeth.

- Mon grand frère Joël Didier Engo n'a aucun lien avec Ayaba Cho Lucas, leader séparatiste qui, d'ailleurs, travaille en étroite collaboration avec les sécurocrates de Yaoundé pour détruire la résistance armée du peuple anglophone.

- Ma présence en Norvège n'est ni le fait d'Ayaba Cho dont je critique régulièrement les agissements au détriment de la révolution anglophone, ni celui d'un quelconque "réseau ambazonien". Avant mon départ du Cameroun, j'ai saisi un organisme international qui vient en aide aux journalistes et écrivains en danger en leur offrant des résidences. Ma demande a été validée et c'est ainsi que je me retrouve en Norvège.

- Le prétendu terrorisme qu'il reproche aujourd'hui à moi-même, à Didier Engo, à Maximilienne Ngo Mbe, à Me Alice Nkom, à Jacky Moiffo, à Max Senior Ivoire, à J. Remy Ngono, à Sandy Bostonet à tous les autres activistes camerounais anti-Biya, il a eu à l'expérimenter le 7 décembre 2013 lorsqu'après avoir réussi à infiltrer la garde rapprochée de Paul Biya à l'hôtel Le Meurice à Paris en France, il a crié à l'oreille du président. Et ça, Biya ne l'a pas oublié et ne l'oubliera jamais, malgré les incessants appels du pied vers le dictateur, du Biyalâtre qu'il est devenu. Pour s'en convaincre, qu'il aille simplement au Cameroun comme le font pas mal de ses camarades "patriotes".


Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter