Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 18Article 513847

General News of Monday, 18 May 2020

Source: cameroon-info.net

Michèle Ndoki appelle ses camarades du MRC à tourner la page du «hold-up électoral»


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Michèle Ndoki est fatiguée de réclamer la victoire supposée de Maurice Kamto à l'élection présidentielle du 7 octobre 2018. Dans un texte publié ce jour (18mai 2020) sur un de ses comptes Facebook, la vice-présidente de la section femmes du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC) dit son souhait de passer à une autre étape du combat. Elle pense que la revendication de la victoire supposée du leader du MRC Maurice Kamto au scrutin présidentiel de 2018 a porté de nombreux fruits.

«La contestation liée au hold up électoral (compris comme le mépris indéniable de la voix du peuple) était donc une réaction populaire et partisane nécessaire. Elle a produit des fruits notables, notamment en renforçant la conscience politique de nos concitoyens et en attirant l'attention de la communauté internationale sur la dégradation alarmante de l'état de droit au Cameroun et la déliquescence de nos institutions. Elle a forcé nos gouvernants, après avoir essayé de nous réduire au silence, à se remettre en question et posé les fondations pour un réel changement dans notre pays», soutient l’avocate inscrite au Barreau du Cameroun.

La juriste parle d’un pas qu’il faut franchir en laissant derrière soi le passé qui représente les fondations de cette nouvelle étape du combat pour l’alternance au Cameroun. «Tout le monde le sait, les fondations ne sont qu'une étape. Nous devons aujourd'hui bâtir sur cette fondation ce que nous voulons être le Cameroun de demain. De même que les matériaux et techniques utilisés pour les fondations ne sont pas ceux qui servent aux élévations, de même ce qui a servi à éveiller les consciences et alerter l'opinion doit maintenant être remplacé par ce qui peut servir à rendre l'alternance démocratique effective. Un seul mot: rassembler».

Son appel n’est pas toujours favorablement accueilli. Les réactions négatives pleuvent sur la toile. A l’instar du leader du CODE et supporter de Maurice Kamto, Brice Nitcheu. Il déclare «Michelle Ndoki nous dit de ne plus regarder derrière. C'est avec ses yeux qu'on regarde? Merde!». Florence Noumo, avocate et opposante installée en France se montre plus tranchante: «nous l'avons accueillie et magnifiée en raison de notre générosité légendaire. Nous savons aussi tourner la page de ceux qui nous tournent le dos !». La polémique pourrait encore enfler dans les rangs de l’opposition radicale.



Voici l’intégralité de la publication de Me Michèle Ndoki



Enfants de ma Terre,
Récemment je me suis adressée à vous au sujet du Hold Up Electoral. Vous avez été nombreux à me demander des clarifications à ce sujet. Soyons donc clairs.

Bien entendu il y a eu un Hold Up électoral au Cameroun. Les résultats publiés par le Conseil Constitutionnel ne reflétaient pas le verdict des urnes. Nous avons été nombreux dans et à l'extérieur du MRC à affirmer notre désaccord, ceci reste et restera à jamais dans l'histoire de notre belle Nation. Notre désaccord portait moins sur la personne déclarée gagnante que sur le processus ayant conduit à sa désignation. Ce processus n'était pas transparent et il est faux de dire que Paul Biya a gagné ces élections à une majorité de 71%.

La contestation liée au hold électoral (compris comme le mépris indéniable de la voix du peuple) était donc une réaction populaire et partisane nécessaire. Elle a produit des fruits notables, notamment en renforçant la conscience politique de nos concitoyens et en attirant l'attention de la communauté internationale sur la dégradation alarmante de l'état de droit au Cameroun et la déliquescence de nos institutions. Elle a forcé nos gouvernants, après avoir essayé de nous réduire au silence, à se remettre en question et posé les fondations pour un réel changement dans notre pays.
Tout le monde le sait, les fondations ne sont qu'une étape. Nous devons aujourd'hui bâtir sur cette fondation ce que nous voulons être le Cameroun de demain. De même que les matériaux et techniques utilisés pour les fondations ne sont pas ceux qui servent aux élévations, de même ce qui a servi à éveiller les consciences et alerter l'opinion doit maintenant être remplacé par ce qui peut servir à rendre l'alternance démocratique effective. Un seul mot : rassembler.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter