Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 23Article 529585

General News of Thursday, 23 July 2020

Source: camer.be

Meurtres de 20 filles et 300 fœtus: nouvelles troublantes révélations du journaliste qui a démantelé le réseau


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Un scandale défraie la chronique actuellement au Cameroun c'est celui du démantèlement d'un réseau de trafic de fœtus humains. Polycarpe Atangana le jeune homme qui a mis a nu ce vaste réseau revient sur les raisons qui l'ont poussé à mener cette enquête ,mais surtout sur les ramifications de ce réseau dans un entretien à bâtons rompus.

Bonjour Monsieur, pour la bonne gouverne de nos lecteurs, pouvez vous vous présenter ?

Je suis Polycarpe Atangana, défenseur, protecteur et promoteur des valeurs démocratiques partout où besoin oblige sans discrimination.

Vous avez révélé aux yeux du monde entier un gros scandale de trafic de fœtus humains qui secoue le corps des médecins actuellement au Cameroun Qu'est ce qui vous a mis sur les traces du cerveau de ce vaste réseau ?

C'est la curiosité qui m'a mis sur les pas de l'étudiant en médecine Kamta Cédric, étudiant à l'institut Supérieur de Technologies Médicales de Nkolondom. Voyez-vous mon constat part du fait que l'étudiant en question qui est mon voisin de 600 mètres mène un train de vie qui ne correspond pas à ses moyens ( voiture, appartements luxueux et bien équipés, ménagère, fréquente des grands restaurants). Pour en savoir un peu plus au risque de faire des préjugés sur sa personne, je décide alors de me présenter à lui comme un chercheur d'emploi avec toute la pitié absolue. Au départ, il a hésité. En me servant du prétexte de la #Covid_19 comme socle de ma situation difficile, il décide alors de me recruter comme son chauffeur pour un un salaire de base de 25.000 FCFA y compris les avantages quotidiens. C'est bien sûr un contrat verbal. C'est au volant de mon nouvel emploi que je découvre que ce Jeune étudiant qui est apparemment irréprochable, pratique les desseins les plus noirs aux tréfonds de son cœur. Que ses sources de revenus proviennent essentiellement des avortements illégaux et le trafic des fœtus en complicité avec ses aînés académiques. Qu'ils le font depuis 5 ans jusqu'au soir du 03 juillet 2020. Le soir qui a fait une victime, un meurtre de trop, mon Dieu ! Je n’en revenais pas. Je souligne ici que dans ma mission impossible à haut risque qui a conduit à ce démantèlement, je faisais les enregistrements audios et vidéos qui plus tard devaient conforter les faits. Une fois que ma mission a été atteinte, j'ai saisi le Procureur de la République près le tribunal de Première Instance du Mfoundi Centre Administratif en la personne de Georges Gérard Meka " Pour information dont l'objet concerne dénonciation d'un réseau de médecins et étudiant en médecine pratiquant l'avortement illégal et vente des fœtus ." Une dénonciation qui est accompagnée des preuves tangibles tels que les éléments audiovisuels à travers lesquels l'étudiant en médecine avoue en se glorifiant du fait que son business soit porteur et facile. Très sensible sur la question, le procureur a prescrit une enquête en urgence auprès de la Brigade de Melen. L'enquête qui a d'ailleurs permis d'arrêter M. Kamta Cédric, jeudi matin sous-ordre du procureur de la république pour les faits allégués. D'ailleurs, d'autres mandats d'arrêts n'ont pas encore été exécuté compte tenu du fait que l'élève NTCHINOU JORDANA, qui fait le Bacc en ce moment au collège de la Retraite doit d'abord finir de composer. Une faveur qu'elle a obtenu du Procureur de la République sous la demande du principal du collège de la Retraite.

Pouvez vous avoir une idée sur le nombre de filles victimes de ce Monsieur ?

Les estimations font état de ce qu’au bout de 5 ans jusqu'au soir du03 juillet 2020, M. Kamta Cédric et ses complices ont supprimé une partie de la démographie camerounaise en tuant par un médicament qu'on appelle MifePack 20 patientes et 300 fœtus. Des fœtus qui prenaient des directions pour d'autres fins. J'aurais pu aller loin avec mon enquête, Malheureusement mon numéro d'habilitation ne me permettait pas d'être au cœur des transactions. J'étais trop distant en plus j'étais un simple chauffeur et non son patron.De toutes les façons, les faits sont avérés. Certains ont déjà été avoués par le mis en cause au moment où l'enquête se poursuit à la Brigade de Melen. Il est désormais primordial et urgent pour le MDLC Bikié Rodrigue enquêteur en charge de ce Dossier de mieux diligenter l'enquête pour atteindre toutes les sources.

Quelles sont vos attentes au moment où vous mettez à nu ce réseau de trafic de fœtus humains?

Au moment où cette enquête suit son cours, mes attentes sont claires. Je crois qu'il y encore des hommes et des femmes courageux dans le pouvoir judiciaire qui développent cette science qui est la justice, qui comprennent la justice du point de vue scientifique et institutionnel et surtout lorsqu'ils ont en leur possession toutes les preuves. Et, que, le moment venu, ils rendront justice à toutes ces personnes qui ont tué délibérément ou diaboliquement. Quand cette justice sera rendue conformément aux lois camerounaises, ce ne sera pas la victoire de de Polycarpe Atangana que je suis. Ce sera la victoire de la nation camerounaise, la victoire de Ending Now à l'avortement. Ce sera une victoire qui permettra de prendre conscience de ce représente la suppression des vies. Nous devons aimer notre république. Lorsqu'on aime une République comme la nôtre, on la défend, on l'enseigne, on la protège. C'est ce que j'ai fait. Notre république a besoin de nous. Voilà mes attentes.

Avez vous subit des pressions de la part des personnes proches de monsieur Kamta?

Oui, j'ai été agressée hier par le nommé Franck Mamabato l'un de ses promotionnaires du côté de l'Omnisport alors que je sortais d'une audience à moi accordée par le SG de l'Ordre National des Médecins qui s'est déjà saisi de cette affaire qui révulse toute la nation camerounaise. Qui révulse le corps médical tout entier.

Avez vous des soupçons sur d'autres poches de ce vaste trafic ?

Mes soupçons continuent de penser. Il revient désormais et officiellement à l'enquêteur de diligenter cette enquête pour démanteler la suite du réseau. C'est tout en un clan.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter