Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 01 15Article 484885

General News of Wednesday, 15 January 2020

Source: Camerounweb.com

Meurtre au lycée Nkolbisson: Abdelaziz Mounde sonne le glas !

Le journaliste a rendu un hommage au prof Boris Kevin Njoni Tchakounte Le journaliste a rendu un hommage au prof Boris Kevin Njoni Tchakounte

Le journaliste Abdelaziz Mounde Njimbam a rendu un vibrant hommage Boris Kevin Njoni Tchakounte, 26 ans, professeur de mathématiques au lycée de Nkolbisson qui a malheureusement passé de la vie à trépas suite à un accrochage avec son élève de 15 ans.

'C'est encore un mort de plus!' et pour l'activiste, "il est temps de d'attaquer lucidement au grave problème de la violence en milieu scolaire en prenant des mesures fortes". Pour cela, il appelle le gouvernement à initier des concertations avec les principaux acteurs.


Voici l'intégralité de son hommage sur le Prof assassiné

Boris Kevin Njoni Tchakounte , 26 ans, professeur de mathématiques au lycée de Nkolbisson, à Yaoundé, lauréat de la 58e promotion de l’Ecole Normale Supérieure, sortie en août 2019, est mort hier.

Sang neuf de l’enseignement secondaire, il a été mortellement poignardé, par un de ses élèves, Brice Ngosso, 15 ans, réputé absentéiste et désobéissant.

Horrifiés, les autres élèves ont assisté, impuissants, à cette scène, voyant leur enseignant perdre fatalement une trombe de sang, entre l’infirmerie où il s’est d’abord rendu et les urgences du Centre Hospitalier Universitaire, où il a été finalement transporté.

Informée, la ministre des Enseignements secondaires, Pauline Nalova Lyonga, s’est rendue sur les lieux, prescrivant au cours d’une réunion de crise, la suspension des cours et l’attente des résultats de l’enquête de police, faisant confiance à la loi.

Cette sortie de la ministre a suscité une vive réaction, dont celle d’un enseignant, Pierre-Claver Onana, qui dans une tribune au ton grave, estime qu’il est temps d’attaquer le problème à sa racine, dans un contexte, pense t-il, où les parents et la société ont renoncé à l’éducation des enfants, exposant les enseignants à de nombreux risques, outre une précarité et une déconsidération sociale dommageables.

Le drame de Nkolbisson, intervient quelques mois après une autre scène de violence inouïe en milieu scolaire, intervenue le 29 mars 2019, au Lycée de Deido à Douala, où le jeune Ousmane Blerius Tchanou a été mortellement poignardé par un de ses camarades, tentant de lui arracher son téléphone portable.

Presqu’un an après, un autre drame au couteau vient nous rappeler qu’il est temps de s’attaquer lucidement au grave problème de la violence en milieu scolaire en prenant des mesures fortes, en concertation avec les principaux acteurs.