Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 14Article 534643

General News of Friday, 14 August 2020

Source: Cameroon Info

Meurtre à Muyuka: des centaines de personnes arrêtées lors de raids de l'armée

Les forces de sécurité ont lancé un raid à Muyuka jeudi, arrêtant des centaines de personnes dans le cadre de l'enquête sur le meurtre d'une dame mardi par des combattants séparatistes.

L'opération fait suite à une réunion de crise mercredi au cours de laquelle le gouverneur du Sud-Ouest, Bernard Okalia Bilai, a promis à la famille de la dame assassinée que les coupables seraient retrouvés et punis.

Les forces de l'ordre auraient ratissé les recoins du quartier de Muyuka, étendant leur filet de sécurité au-delà du quartier de Makanga, où des hommes armés ont attaché une femme et l'ont tuée à coups de machette.

Selon des témoins oculaires, des centaines de personnes ont été arrêtées et transportées à la légion de la gendarmerie à Buea où elles seront interrogées.

"Je suis en route pour Kumba. A Muyuka, des hommes et des femmes, jeunes et vieux, sont entassés dans des camions sous la menace d'une arme. Des dizaines de militaires sont rassemblés le long de la route, portant de lourds blindés", a déclaré le journaliste Kwoh Elonge sur Facebook. "Vous voyez la peur dans les yeux de ces civils. Ils savent qu'ils sont le collatéral d'un crime horrible commis par de jeunes hommes dérangés et ayant subi un lavage de cerveau !"

Cameroon-Info.Net a appris que le mardi 11 août 2020, des combattants séparatistes ont enlevé Bih Blanche Chi alias Bebe, une mère de quatre enfants de 35 ans à Muyuka, sous prétexte qu'elle était un informateur des forces de l'État.

Dans une vidéo enregistrée par les hommes armés, la dame a plaidé son innocence. Elle a révélé qu'un soldat l'invitait à sortir, raison pour laquelle elle avait été vue avec des soldats.

Mais il semblait que les hommes armés avaient déjà décidé de tuer la dame sans défense avant même de l'avoir écoutée. Elle a donc été coupée à deux reprises à la machette et son corps a été abandonné au milieu de l'autoroute Buea-Kumba.

Lucas Ayaba Cho, chef du Conseil de gouvernement d'Ambazonia, propriétaire des Forces de défense d'Ambazonia (ADF), affirme que ceux qui ont tué la dame à Muyuka étaient en effet des combattants séparatistes.

"Cette dame est une femme innocente prise pour une espionne et tuée sans vergogne. Nous savons qui est le tueur et le code de conduite dans lequel il opère doit être appliqué. Il s'agit d'une force sœur et nous sommes en pourparlers pour que des mesures soient prises", a-t-il déclaré.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter