Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 02Article 565007

General News of Saturday, 2 January 2021

Source: Actu Cameroun

Message de fin d'année: André Luther Meka ridiculise Maurice Kamto

Membre du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), il affirme dans une tribune que certains présidents des formations politiques au Cameroun, veulent brouiller le message de Paul Biya, à la nation, en faisant eux aussi des discours à la même heure.

« Cela dure. Depuis la fin de la présidentielle de 2018, certains opposants ou dissidents du Rdpc, prennent la parole au même moment, temps solennel du chef de l’Etat pour s’adresser aux camerounais. Dans tous les pays du monde, qui respectent la démocratie, celle qui consacre le choix de la majorité, celle qui respecte leur président, on attend la parole présidentielle. La parole du mandataire du peuple. La parole qui guide, et dévoile les orientations et les réalisations du président garant de la stabilité économique, sécuritaire de la République», écrit André Luther Meka dans une tribune publié ce 02 janvier 2021.

Pour lui, il n’est pas curieux de constater cette pollution sémantique au temps présidentiel. « Le premier déterminant est la négation de son autorité, de sa légitimité. L’impensé de ces discours est le refus d’accepter que la parole présidentielle préside et surpasse toutes les autres paroles pour donner la voie à la fin de l’année. Dans l’implicite de ces actes, ils sont aussi des » présidents ». Des » petits présidents » La République des « petits présidents » », explique-t-il.

"Presidentiallons"

Il soutient aussi par ailleurs que l’autre facteur de ces discoureurs de fin d’année des » petits présidents » est de brouiller le message présidentiel. « Une sorte de défiance de la solennité du temps présidentiel. L’astuce étant de diluer l’audience et de dissoudre la captation du message présidentiel. Au fond, l’analyse des audiences pour soupeser l’aura présidentielle et de démontrer à l’international que le président Paul Biya n’est plus écouté. Eux les » presidentiallons » sont plus crédibles et écoutés du peuple ».

« Les thuriféraires de cette caution de la démocratie à tous les prix nous coûtent chers. Cette démocratie où il faut accepter les marches de révolution, le discrédit de la République dans les réseaux sociaux, les casses des ambassades, les assauts des ambazoniens où les forces de l’ordre doivent réagir par légitime défense et enfin les discours des » petits présidents » au temps faste, solennel du président. La démocratie est-elle à ce prix? J’en doute. Que la République soit reinstaurée », conclut André Luther Meka.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter