Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 03 14Article 579715

xxxxxxxxxxx of Sunday, 14 March 2021

Source: camerounweb.com

'Mes vives félicitations à ma grande Maximilienne Ngo Mbe' Mamadou Mota

Dans un message qu'il vient de publier sur sa page Facebook, le vice-président du MRC, Mamadou Mota a dit toutes ses félicitations à Maximilienne Ngo Mbe pour le prix international courage féminin.

'J'ai choisi ce jour pour dire mes vives félicitations à ma grande Maximilienne Ngo Mbe pour le prix international courage féminin du département d'État américain. Ma grande tu es l'un de ces murs qui protègent les faibles', écrit Mamadou Mota.


Retour à Kondengui

Le 1er vice-président du MRC, Mamadou Mota, a rendu visite hier samedi à ses anciens codétenus à la prison centrale de Kodengui. L'objectif était, au-delà de rencontrer tous les prisonniers en général, de rencontrer aussi ses camarades emprisonnés pour leurs convictions politiques . Les échanges avec ses camarades ont été conviviaux.

Mamadou Mota est à Yaounde depuis quelques jours pour un séjour de travail avec son parti. Il doit dans la même lancée participer à l'émission vérité en face sur Equinoxe télévision ce dimanche.


Comment le MRC a sacrifié Mamadou Mota

Mamadou Mota est libre de ses mouvements et vit désormais aux côtés de son épouse. Cette libération du vice-président du MRC ne réjouit pas pour autant certains analystes politiques. C’est le cas de l’avocat M. Christian Bomo. Selon ce dernier, le MRC a échoué à rendre la liberté à Mota. Le fils du Nord est rentré chez lui après avoir purgé sa peine. Le MRC et ses militants n’ont pas pu le sauver. Conséquence, Mamadou Mota traine un casier judiciaire sali et compromet son avenir politique. CamerounWeb vous propose un extrait de la sortie de Me Christian Bomo

Mamadou Mota n'a pas été libéré.

Il a fini de purger son injuste peine sans que nous, les forces de changement et son parti, nous ayons pu obtenir sa libération suite à un rapport de force.
Nous avons échoué par manque de détermination dans son cas et je ne me réjouis pas des échecs.

Nous avons été incapables de manifester et de mettre cette fois-ci, toute la pression, comme celle que la diaspora, a mise sur Macron pour instruire à Paul Biya la libération de Maurice Kamto, et la centaine de détenus politiques dont Michèle Ndoky, Penda Ekoka, Albert Nzongang, Paul Éric Kingue, Célestin Njamen...

À ce jour, le casier judiciaire de Mamadou Mota est sali, ce qui compromet juridiquement sa vie politique élective.


D'ailleurs il faut bien des actions pour le blanchir à la Cour suprême. Le droit ne suffit pas, face à l'instrumentalisation politique de la justice.
Aujourd'hui Alain Fogue et Bibou Nissack et plus d'une centaine de manifestants dont Salomon Beas sont emprisonnés et il n' y a aucune mobilisation pour leur libération.

Même les assister populairement aux audiences, pratiquement personne n' y va.
Pourtant tout le monde sait bien qu'un procès qui mobilise le peuple, les juges font très attention. Car un mauvais procès sera très mal accepté par le peuple souverain. On l'a vu ailleurs.


Dans cette mouvance d'attentisme, de latence voire de mollesse , ils pourront bien sortir de prison à la suite d'une grâce présidentielle, après que le régime de Yaoundé aurait pris soin de les condamner lourdement et sali leurs casiers judiciaires.
Pour conclure sur ce point, je salue la sortie de Mamadou Mota uniquement pour lui et pour sa famille qui retrouve un mari, un père, un frère, un fils.
Politiquement, je le répète c'est un échec. Nous n'avons pas pu le libérer.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter