Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 09Article 540562

General News of Wednesday, 9 September 2020

Source: Actu Cameroun

Mensonges et incompétence: mise à nu, Justine Diffo tente de faire diversion

Cupide, comme Lucifer, affairiste, menteuse et incompétente, par-dessus le marché, la promotrice de l’Ong budgétivore « More Women in politic », est un danger pour le Cameroun. Ses frasques mises à nu, elle tente de faire diversion.

Justine Tchuinkam épouse «Diffo est une honte pour la femme. Elle doit être stoppée net ». Le conseil est d’une diplomate européenne. Sous le manteau de l’Ong «More Women in politic», celle qui trône aujourd’hui au conseil d’administration de l’Agence de régulation des marchés publics (Art) a dilapidé les fonds mis à sa disposition.

« Les rapports tronqués, c’est elle. Les fausses justifications financières, c’est encore elle, les activités fictives, c’est toujours elle. Son cursus académique alors, sans commentaire. Cette femme n’a qu’une idée en tête, se faire de l’argent, par tous les moyens », témoigne, choquée, une dame qui semble bien la connaître. Pour mieux mesurer ces accusations, il n’y a qu’à regarder de près-le bilan de «More Women in politic».

L’émancipation politique de la femme, tant annoncée, n’est pas au rendez-vous. Fausse prophète, Justine Diffo l’est. Universitaire, à ses heures perdues, cette militante chauve-souris du parti au pouvoir charrie une vague de réaction indignée à la seule évocation de son nom. «Elle rançonne les étudiants» ; « c’est une enseignante moyenne» ; «Quand on parle d’universitaire du tiers monde, cette femme en est une illustration, tellement elle est dépourvue d’esprit de créativité» ; «C’est une arnaqueuse, elle a pris de l’argent à des parents sous prétexte défaire entrer leurs enfants dans des grandes écoles. Il n’en fut tien» ; «S’il faut choisir entre le serpent et cette femme, je choisirai le serpent. Justine Diffo a l’art de poignarder ses amis dans le dos» Les témoignages fusent. Jamais enseignante n’aura autant été honni par ses étudiants. Son niveau académique ? Beaucoup émettent des réserves.

Affairisme autour des recrutements à l’Art « L’on ignore pas que les grandes universités attribuent, parfois, des diplômes fantaisistes à certains étudiants africains. C’est pourquoi, on voit, sur le continent, une horde de diplômés totalement inaptes à transformer la société. Leur comportement individuel laisse très souvent à désirer. Ces diplômés du dimanche écument l’espace public et pompent l’air autour d’eux», ‘ dénonçait un intellectuel sénégalais. A l’évidence, Justine Diffo ressemble trait pour trait à ce portrait.

D’abord, côté compétence. Lorsqu’elle est nommée Pca de l’Art. les commentateurs ne tarissent pas d’éloges sur cette juriste qui viendra, par sa science, faire observer les textes qui régissent le secteur des . télécommunications au Cameroun. Quelle ne fut donc pas la surprise de ces mêmes commentateurs de voir, éberluée, la ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), Minette Libom Li Likeng, enseigner le droit à une juriste.

La bardée de diplômes n’a pas été également de maîtriser les textes organiques de l’Art dont elle est pourtant la Pca. Quelle infamie ! Poussée par son ignorance, qu’elle a sue camouflée, et aidée par sa boulimie de pouvoir, Justine Diffo a pris une série de mesures ne relevant nullement de son ressort. Toute honte bue, et sous la pression de sa tutelle, elle n’a pas eu d’autre choix que d’annuler ses mesures hors-la loi. « Une enseignante de droit qui se fait enseigner le droit, quel spectacle humiliant », raille un ancien étudiant de Justine Diffo.

Lequel renchérit, « Cette femme est une calamité universitaire. Elle a utilisé l’activisme politique et une surexposition médiatique pour se faire un nom. Dieu merci, chaque imposture a une fin ». Ensuite, côté moralité. Un intellectuel, un vrai, n’a pas d’ambition matérielle. L’ancienne et très tristement célèbre cadre au ministère de la Communication est essentiellement portée sur le matériel. D’ailleurs, elle est une universitaire en pointillés.

C’est ce qui explique qu’à peine nommée, elle a tôt fait de transformer sa position en comptoirs. La Pca est devenue une vulgaire vendeuse de places. Une pratique répréhensible et indigne de l’universitaire qu’elle prétend être. Une fois de plus, la Minpostel l’a remise à sa place. Les recrutements « gombotiques» sont annulés. Justine Diffo n’a même pas eu la décence de démission. Pis, mentant, comme une arracheuse de dents, adepte du trafic d’influence, celle qui dit avoir la République entre ses mains a tenté de faire croire à une cabale dirigée contre elle. Personne ne fut dupe de cette manœuvre.

Victor Fotso a du se retourner dans sa tombe


Un autre talent de Diffo, le mensonge. S’invitant dans un documentaire télévisé consacré à l’immense industriel camerounais de regretté mémoire, la « juriste » a débité des inepties. Ne connaissant ni le jardin secret, ni les subtilités de la tradition bandjoun (village d’origine du défunt), elle a pris des vessies pour des lanternes, s’emmêlant les pédales, alignant énormités sur énormités. Sa prestation, totalement décousue, choque encore aujourd’hui, à l’Ouest D’aucuns parlent même de sacrilège.

« En voulant se foin voir, absolument, Justine Diffo s’est décrédibilisée. Un sacrée exploit pour une femme à l’égo surdimensionné », analyse un notable de l’Ouest Un comble pour une femme qui revendique, en coulisse, le leadership politique actuel à l’Ouest. Se présentant, actuellement, comme la seule personne capable de contrebalancer l’influence de l’opposant Maurice Kamto à l’Ouest, elle dit son heure venue et n’ambitionne pas moins qu’un poste de ministre d’État. Ne riez pas !

Mégère devant Dieu et les hommes, elle casse le sucre sur le dos de toutes les élites et tous les membres du gouvernement, originaires de l’Ouest, les traitant d’incapables, de Villageois, ver ? d’analphabètes, et de bien d’autres joyeusetés « Aigreur quand tu nous tiens », commente sous anonymat un fils de la région.

Selon un observateur, il est inutile de parler de Diffo. Cette femme, à en croire d’autres langues, est sans pitié. Elle serait capable de vous tuer et de pleurer, le jour des obsèques, à chaudes larmes devant la dépouille. Un véritable danger social. Vivement que le Conseil national de la communication (Cnc) qu’elle a saisi, vole au secours de sa petite image ! Prochainement, la vraie face cachée de Justine Diffo.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter