Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 22Article 522148

General News of Monday, 22 June 2020

Source: www.camerounweb.com

Media : le CNC va aussi régler ses comptes à un Ernest Obama affaibli


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le journaliste de Vision 4 Ernest Obama serait mal conseillé par ses amis d’hier qui ont participé à sa chute. Selon le journaliste Demetrio Wouassom. personne n’a demandé au tonitruant journaliste de cesser ses agissements qui vont à l’encontre règles qui régissent le métier du journalisme. Pour lui, le conseil national de la communication n’a pas à intervenir en faveur du journaliste qui a pendant longtemps dénigré publiquement sur les plateaux de Vision 4, l’institution en charge de la régulation du secteur.

« Le Conseil national de la communication a suspendu Obama et son média pour des dérives liées à l'exercice de ses fonctions de journaliste.

Le super journaliste n'a pas respecté cette sanction émanant de l'organe de régulation des medias au Cameroun.

En ce moment qu'il est embastillé, certains confrères demandent de soutenir Obama parce qu'il est dans les problèmes.

Curieusement à l'époque de la suspension d'Ernest Obama par le CNC, ces mêmes confrères n'avaient jamais exprimé leur solidarité à l'égard de l'organe de régulation. Pire encore, comme ils aiment trop Obama, ces derniers n'ont pas poussé le petit doigt pour demander au zélé d'Obama de respecter la décision de suspension prononcée par le CNC, une institution républicaine dont les responsables ont été nommés par le président de la république que prétend défendre le même Obama.

Et aujourd'hui, au nom de quoi me demandez-vous de soutenir le zélé Obama ?
Si vous aimiez Obama, vous lui auriez conseillé avec insistance, de respecter les sanctions du CNC. De grâce, arrêtez avec votre théâtre circonstanciel très déséquilibré.
Vous n'aimez guère Obama.

Ce n’est pas maintenant que vous allez prouver votre soutien à Obama.
Durant ses dérives professionnelles, personne n'avait bougé son petit doigt pour l'interpeler, face à ses propos génocidaires et tribalistes... Zéro mobilisation non plus. Ce que vous faites aujourd'hui, ne va pas l'aider et n'aidera non plus les autres fautifs.
Face à une erreur professionnelle, il faut agir et interpeller le fautif afin qu'il évite ses dérives. »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter