Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 16Article 527917

General News of Thursday, 16 July 2020

Source: 237actu.com

Mea culpa: Patrice Nouma à genoux devant un ministre de Paul Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

L’ancien officier de l'armée camerounaise en exil, a publié une information dans laquelle il présentait le Ministre de la Défense comme propriétaire d’une luxurieuse résidence dans le pays de l’oncle Sam. Quelques jours après, Patrice Nouma est revenu sur sa parole en démentant cette information.

«Nous avons publié une maison ici, dont on nous a fait savoir que c’est la maison de Joseph Beti Assomo. Au nom de toutes les personnes qui travaille avec moi , je voudrais ici présenter mes excuses au Ministre de la Défense. Cette maison appartient plutôt à un Docteur », a formulé l'activiste qu se déclare comme le porte-parole du Conseil camerounais de la transition (CCT).

L'affaire de la villa

Depuis quelques jours circule sur les réseaux sociaux, une vidéo d’une cossue et luxueuse résidence fallacieusement attribuée au ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo. L’infamie d’une telle publication n’est que trop évidente, en nous rendant hier, à Ayos-ville au quartier Ndjingon où cette élite du Nyong et Mfoumou a bâti, il y a plusieurs décennies, une modeste villa, alors qu’il était préfet du Mfoundi.


Comme s’ils étaient irrésistiblement aspirés par le siphon de la désinformation et de la manipulation, les manœuvriers aux trousses de Joseph Beti Assomo tiennent depuis quelques jours, en haleine de milliers de personnes sur les réseaux sociaux. Ceci, en faisant circuler, dans un mélange de cynisme éhonté et d’escroquerie intellectuelle, la vidéo d’une luxueuse résidence 1 lâtie on ne sait dans quel coin du globe, mais qu’ils attribuent carrément au ministre de la Défense, dans une logique qui glace l’âme et les os. Une vraie machination sortie du chapeau dont ne sait quel affabulateur cosinus. Histoire de démontrer à travers cette rêverie de manœuvriers en mal d’inspiration, que c’est du tout-pourri dans ce gouvernement du président Paul Biya, plombé par de nombreux scandales financiers.

Mais alors quelle surprenante débauche d’énergie pour concocter chaque fois ces récits de galipette ! Quel acharnement à déployer des trésors d’ingéniosité ! Quelle détermination des laborantins dans les officines occultes : seulement, personne n’est dupe. En commençant par l’oeuvre souterraine des services de renseignements à ce niveau très appréciable pour que le président sache exactement qui fait quoi.

D’ailleurs, connu pour être réfractaire à ce genre de manœuvres puériles, il sait même les diluer pour ne pas y prêter la moindre attention, surtout quand il sait, comme nous à La Nouvelle, qu’elles proviennent de la périphérie de son pouvoir où les gens ne désespèrent pas de voir tomber certaines têtes couronnées. Car ces manœuvres de l’ombre sont une version locale des stratégies politiciennes inhérentes à toute période précédant un remaniement ministériel.

On l’a vu, il n’y a pas longtemps, avec cette affaire rocambolesque de l’acquisition avérée ou non, d’un immeuble appartenant à la Cnps, rénové à près de 2 milliards de Fcfa par Martin Belinga Eboutou de regrettée mémoire et prétendument acquis à 655 millions de Fcfa par Samuel Mvondo Ayolo, l’actuel directeur du Cabinet Civil… Donnant raison à ceux qui pensent que c’est devenu au Cameroun un travers classique : l’amalgame.

Dès qu’on évoque un problème important ou qu’on est à la veille d’une échéance capitale, les magiciens des temps gris entreprennent aussitôt de glisser des insinuations politiciennes ou s’emploient ubuesquement, comme c’est le cas avec la vidéo en circulation, de balancer sur les réseaux sociaux des images vraisemblablement publiées pour créer l’amalgame dans l’opinion. Un amalgame parfaitement scandaleux qui trahit à profusion l’esprit bassement pervers des manœuvriers.

Vassaux autour du président

Bien évidemment, tous ces grossiers montages ne font pas toujours rire les victimes dans la boue. Voilà pourquoi pour une vidéo sortie d’un conte de fées qui aurait pu mériter de notre part qu’un simple haussement d’épaules. En nous disant que sa publication ne peut nullement empêcher que le président fasse véritablement dépoussiérer cette machine gouvernementale au centre de moult scandales financiers (les canards boiteux croyant ainsi échapper à la guillotine en créant l’amalgame).

Pour notre astreinte à ne jamais conduire nos lecteurs dans les caniveaux et les poubelles de la République, nos reporters sont descendus sur le terrain à Ayos-ville, plus précisément au quartier Ndjin-gon. L’information finite se décline ainsi, après avoir soumis les images publiées sur les réseaux sociaux à l’épreuve des faits : Joseph Beti Assomo n’a bâti dans son village qu’une modeste résidence, certes réaménagée depuis qu’il est ministre de la Défense. Et selon les témoignages recueillis sur place, le fils d’Eba-bodo adule bien depuis sa tendre enfance les baignades dans le Nyong. Autre découverte sur le terrain : la cossue résidence dont les images sont ainsi publiées sur les réseaux sociaux, existe bel et bien.

Elle a été construite, non Ayos dans le Nyong Mfoumou, mais à Nomayos dans la Me-fou et Akono. Mais alors, elle n’appartiendrait pas à Joseph Beti Assomo, plutôt elle est la propriété d’un Camerounais dont nous taisons le nom par décence et souci de préserver sa vie privée. Voilà comment, la rose ne vivant que le temps d’un matin, la réalité plus brutale que jamais, tord le cou à tous les grossiers montages des manœuvriers de l’ombre dans la perspective d’un éventuel remaniement ont cru devoir le jeter en pâture dans l’opinion. Seulement question : l’inextinguible soif de pouvoir des vassaux autour du président devrait-elle justifier chaque fois les stratagèmes pour nuire ceux des proches collaborateurs du chef de l’Etat qui, loin des sempiternelles querelles byzantines, ne demandent que la sérénité pour travailler?

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter