Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 05 03Article 509770

General News of Sunday, 3 May 2020

Source: www.camerounweb.com

Me Christian Ntimbane Bome donne des sujets d'enquête aux journalistes camerounais

Me Christian Ntimbane Bome déplore l'état actuel de la presse camerounaise. L'avocat, à l'occasion de la journée internationale de la presse a fait une 'autopsie' de la presse et donner quelques sujets d'enquête sur lesquels il aimerait voir le journalistes fouiner.


Voici l'autopsie de Me Christian

Je profite de la célébration ce jour, de la journée internationale de la presse, pour faire le triste constat de la lente agonie de la profession de journaliste au au Cameroun, faute de courage de ses membres, de leur absence de distanciation et d'indépendance vis à vis des forces du pouvoir et de l'argent.

Rare, mais alors très rare, de lire un article, voir un documentaire, suivre un reportage d'investigations mettant et exposant les affaires pourries de la République comme ce que fait avec professionnalisme et courage votre confrère Abdelaziz Moundé Njimbam sur ces directs facebook et Youtube avec des dizaines de milliers de vues, où il expose avec science et des mots, la gestion opaque des biens immobiliers de nos ambassades, l'exploitation abusive et irrégulière de nos forêts par des pontes, amis et complices du régime, les arrestations arbitraires des citoyens opposés au pouvoir de Yaoundé , les violations des libertés individuelles et collectives ...

Pourtant, ce ne sont pas les sujets de scandales qui manquent à l'exemple du gouffre financier de la CAN 2019 et ses auteurs, ou sur les acquisitions biens immobiliers, enrichissements illicites des hauts dignitaires de la République , l'accaparation des terres camerounaises par des chinois et autres étrangers avec la complicité du régime, les exploitations abusives de nos forêts comme celles en vue du parc national d'Ebo dans le littoral, de nos minerais dans la région de l'Est, les dédales de l'économie de guerre dans les guerres du Noso et Boko Haram....

Y a t-il parmi vous, un journaliste qui puisse enquêter sur la gestion actuelle des fonds alloués dans le cadre du Covid 19 et ce, à la suite de l'autorisation de passation de gré à gré des marchés publics y relatifs, accordée au ministre de la santé.

Fouinez dans cette affaire. Fourrez-y votre nez.

Dans les urgences, il y a des appétences.

Selon certaines sources parlementaires, le Ministre de la Santé aurait évoqué l'allocation d'une enveloppe budgetaire une somme de 57 milliards lors de la dernière session parlementaire.

Avez- vous définitivement enterré l'esprit Bibi Ngota, qui permit à ce brave et immortel journaliste d'entrer dans les arcanes d' un achat tumultueux d'un pétrolier à la SNH ?

N'y a t-il pas de Norbert Zongo au Cameroun, capables, d'enquêter sur les dérivés, pourtant visibles des forts et des tout-puissants ?

Avez-vous renoncé au quatrième pouvoir que vous incarnez ?

Où est l'esprit de ces plumes qui ont accompagné et nourrri l'avènement du multipartisme intégrale au Cameroun debut des années 1990 : Puis Njawe, Séverin Tchounkeu, Vianney Ombe Ndzana, Benjamin Azebaze, Célestin Lingo, Jean Baptiste Sipa, Edmond Kamguia, Michaut Moussala....?

Me diriez-vous, le régime est violent et totalitaire.

Désolé chers amis, le journalisme, c'est le sacrifice.

C'est pourquoi,ailleurs, vos confrères, au nom de l'information, sont sur les fronts de guerre, au milieu des obus.

C'est cette dimension sacerdotale et sacrificielle qui a fait la dignité, la beauté, l'héroïsme et la noblesse de votre métier.

Ressaisissez-vous, journalistes de ma patrie, vous êtes en train de tuer votre métier, notre liberté d'opinion, notre droit à l'information.

Le journaliste n'a pas pour objectif de s'enrichir ou d'être apprécié par les pouvoirs.

Cessez d'arpenter les couloirs des ministères, les salons feutrés des hauts fonctionnaires et cadres de l à République. et autres cercles de pouvoir, pour y être corrompus, achetés.

Allez- y plutôt, pour exposer à la lumière, ce qu'ils font dans les ombres de leurs bureaux et cabinets.

" Car il est honteux de dire ce qu'ils font en secret"

et

" Il n' y a rien de caché qui ne soit découvert "

Cessez d'être les toutous de ces hommes sans foi, ni loi, égoïstes, ennemis de la transparence et ayant peu, le sens de l'intérêt general.

Sortez du milieu de vous, ces nombreux indics, mouchards, informateurs, espions, delateurs des services secrets qui pilulent parmi vous.

Liberez, la liberté de presse !

Car, la vérité, libère.

Sauvez votre beau métier !

Sauvez notre liberté de presse !

Sauvez la presse camerounaise !

Sauvez l'opinion publique camerounaise !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter