Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 14Article 589150

General News of Wednesday, 14 April 2021

Source: camerouweb.com

Me Christian Bomo en avocat défenseur de Steve Fah

L'avocat et acteur de la société civile n'est pas d'accord avec l'acharnement de certains membres du pouvoir contre Steve Fah. Dans une publication sur sa page Facebook, il affirme que le vloggeur est victime d'ethnofascisme Beti-Bulu.

Voici la publication de Me Bomo

'Suite à la sortie de notre compatriote Steve Fah, dans laquelle, il demande aux gestionnaires de la fortune publique de prendre l'exemple du développement infrastructurel de la Côte d'Ivoire, suivi d'un autre post Facebook où, il déclare avoir demandé au Président Paul Biya de prendre sa retraite, des affolés et haineux ethnofascistes , ont entrepris de s'en prendre à ses origines tribales.

Il en découle au vu de ces réactions en majorité et des plus virulentes, des ressortissants Beti-bulu que Monsieur Steve Fah, est en réalité une victime collatérale du sentiment et de la haine antibamileke qui s'est développée dans certains milieux politiques Beti-bulu, proche du pouvoir.
Ce climat de stigmatisation des Bamiléké est observable au sein du parti des flammes, où des membres de ce parti, d'origine Bamiléké, sont permanemment frustrés et tenus de montrer patte blanche, de financer et d'encenser, plus que tous autres membres du parti, sous peine, d'être accusés de jouer le double jeu.

La Société Civile Critique dénonce ce traitement discriminant et frustratoire nourri à L'ETHNOFASCISME primaire.
Monsieur Steve Fah est un citoyen camerounais qui jouit de sa liberté d'expression et d'opinion.

Il est totalement libre de critiquer la mauvaise gouvernance dans notre pays et de demander la mise en retraite de Paul Biya s'il la trouve opportune.

Christian Ntimbane Bomo

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter