Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 02 01Article 570535

General News of Monday, 1 February 2021

Source: 237actu.com

Mbarga Atangana, le ministre qui promeut le Made in Cameroon

Promouvoir le Made in Cameroun, conquérir les marchés pour faciliter les échanges entre les pays, produire du cacao de qualité sans déforestation et tacler la hausse illicite des prix sur les marchés ca- merounais. Voici les champs de bataille sur lesquels surfe régulièrement le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, ces derniers temps dans la sphère de compétences du départe- ment ministériel dont il a la charge. « Nous devons apprendre à consommer ce que nous produisons et produire ce que nous consommons ». Voici quelques propos qui ressortent ces derniers temps de la bouche de Luc Magloire Mbarga Atangana.

On l’a encore suivi lors de la cérémonie d’ouverture de la première édition du comice agropastoral de la Mefou et Afamba auquel il a pris part le 27 janvier dernier. Comme si cela ne suffisait pas, le ministre du Commerce l’a réitéré le 29 janvier 2021 à la Fondation inter Progress où en compagnie de son homologue de la Faune et des Forêts, Jules Doret Ndongo, il est allé apprécier au cours d’une visite guidée, un chalet fait entièrement en bois noble du Cameroun. S’agissant donc de ce made in Cameroon grandeur nature, Pierre Zumbach, connu comme l’organisateur de la grande foire africaine Promote vient de se lancer dans un nouveau projet qui valorise le made in Cameroon. Démonstration a donc été faite le 29 janvier dernier à Yaoundé au nouveau siège de la Fondation inter Progress avec cette visite guidée du ministre du Commerce et celui de la Faune et des Forêts. Un intérêt certain pour le visiteur qui peut se rendre compte qu’on peut faire un habitat respectable en bois et meubles locaux.

Ce prototype de la Fondation inter Progess allie différentes essences nobles et de la pierre locale pour en faire un ensemble de solidité de R+2. La réflexion est donc engagée dans le cadre de ce que le gouvernement camerounais implémente aujourd’hui à travers le concept de l’import substitution. C’est face à cette actualité que la Fondation inter Progress a ouvert une réflexion sur cette nouvelle branche de l’habitat en bois. Ce qui cadre bien avec la promotion engagée par le ministère du Commerce dans le cadre de l’implémentation de la politique gouvernementale de l’import-substitution. En fait il faut montrer qu’on peut vivre au Cameroun en consommant les produits locaux. Le logement n’est donc pas à exclure. A travers ce mode de construction, les problèmes d’étanchéité se règlent en bois ; on peut ainsi procéder à des alliages briques-bois.


Ce type de construction est également capable de tenir des contraintes de poids du bâtiment, de vent, de risque sismique et bien de coût. Voilà donc un autre chantier sur lequel le ministre du Commerce vient de s’engager. Seulement, malgré les contingences liées à la pandémie à Coronavirus, le ministère du Commerce s’est retrouvé davantage à la pointe du combat contre la vie chère. Une lourde mission qui touche tous les secteurs du commerce. Il est désormais question pour le Cameroun de produire en grande quantité afin de pouvoir challenger le marché international et surtout de conserver une position de leader en Afrique. Et à cet effet, l’on peut encore apprécier le courage et le dynamisme du patron du Commerce qui a présidé le 14 janvier dernier une conférence sur l’opérationnalisation de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Une Zlecaf qui est officiellement entrée en vigueur le 1er janvier 2021 avec pour objectif l’élimination des barrières tarifaires, l’utilisation de la plateforme électronique de paiement et de règlements numérique. S’agissant de la production du cacao sans déforestation, il est question de protéger et restaurer les forêts, la production durable et la commercialisation du cacao, l’engagement des communautés et l’inclusion sociale. Par ailleurs, il faut noter que le ministre du Commerce est engagé à traquer, avec la dernière énergie et ce, jusqu’à ce que force revienne à la loi, tous les opérateurs qui profiteraient de la crise sanitaire actuelle pour mettre en péril l’équilibre du Cameroun.

Il appelle de ce fait les consommateurs à faire davantage usage du numéro d’utilité publique qu’est le 1502 afin de dénoncer toute pratique commerciale illicite dont ils seraient victimes. D’où une présence appréciable de la Brigade de contrôle et de répression de la fraude du ministère du Commerce dont le rôle pendant cette crise sanitaire est salutaire pour les ménages camerounais. Classer ce ministre parmi les bons élèves du gouvernement est-il donc usurpé ? Nous répondons par la négative.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter