Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 19Article 549928

General News of Monday, 19 October 2020

Source: Médias du Cameroun

Mbarga Atangana au four et au moulin

Sa vie ministérielle n’est sans doute pas de tout repos, tant les défis sont nombreux.

Le commerce étant au cœur de la vie de la nation, le ministre du commerce est naturellement la maestro d’un univers stratégique, poumon de l’économie. Cela est d’autant vrai qu’il doit réguler le secteur commercial, anticiper les crises et les gérer lorsqu’elles surviennent. De la cuvée de ceux qui ont été introduits dans le gouvernement en 2004, Luc Magloire Mbarga Atangana est l’un des derniers survivants. Son secret, le travail et rien que le travail seul critère d’évaluation du président de la République, lui qui a toujours milité pour un gouvernement des compétences et des résultats.

Made in Cameroon

Il est l’un des chantres de la promotion des produits made in Cameroon. Le 22 janvier 2020, lors de la présentation des vœux de son personnel, des sociétés sous tutelle et de l’ensemble des opérateurs économiques partenaires, Mbarga Atangana va prendre l’engagement d’irradier l’espace commercial national et sous-régional des produits camerounais de toutes sortes. Dans un contexte marqué par la mise en application depuis le 1er juillet dernier de l’accord sur la zone de libre-échange continental (ZLECAF), le membre du gouvernement du gouvernement avait appelé à l’immersion de ce nouvel espace commercial de produits du triangle national.
D’ailleurs, il vient en soutien aux jeunes entrepreneurs qui s'attèlent à faire progresser le concept de "patriotisme économique" en s’impliquent dans la promotion du “Made in Cameroon".

Ce concept, selon le mincommerce, repose sur un simple constat: le Cameroun importe encore d’importantes quantités de denrées dont les substituts peuvent être produits localement. Or la pandémie du nouveau coronavirus, qui a mis un frein aux importations avec la fermeture des frontières, a démontré la nécessité de consommer local.

L'idée gagne du terrain. A ce jour, une centaine de produits sont labellisés 'Made in Cameroon', notamment dans l’agroalimentaire, la santé et le cosmétique. Les jeunes camerounais se lancent même dans la transformation de produits. Certains jeunes connaissent des expériences avec succès.

"Il faut pouvoir s'installer dans la durée, pour ensuite s’imposer", soutient Luc Magloire Mbarga Atangana."Nous devons pour cela les uns et les autres, pouvoirs publics et opérateurs économiques, travailler à satisfaire le triptyque disponibilité, accessibilité, attractivité", souligne-t-il.
Non à la spéculation.

C’est l’un des principaux combats de Mbarga Atangana. Si à l’approche des fêtes de fin d’année, cette problématique surgit toujours, depuis le débarquement du coronavirus, elle est encore plus prégnante. C’est un combat permanent face aux opérateurs économiques véreux.

Luc Magloire Mbarga Atangana a par exemple signé le 31 mars 2020 deux importantes décisions dans le cadre de la lutte contre la vie chère en période de crise sanitaire.

Face aux actes de violation manifeste de certaines mesures, le ministre du commerce, a une fois de plus frappé du poing, après une période de sensibilisation des o économiques et autres acteurs nationaux du secteur du commerce. Le membre du gouvernement a signé, le 31 mars 2020 une importante note de service qui porte création et déploiement d’une « Brigade mixte Minsanté/Mincommerce » dans le cadre de la stratégie nationale de riposte au Covid-19.

Celle-ci s’est déployée dans les villes de Douala, Yaoundé et Bafoussam pour « procéder au contrôle de régularité des prix pratiqués et des bonnes pratiques de distribution et de dispensation des produits dans les pharmacies et les distributeurs en gros des produits pharmaceutiques ». Les cibles de ce déploiement sont en effet clairement définis au moment où le marché camerounais est inondé de produits parfois d’origine douteuse.

Ce sont surtout des produits dont les prix sont passés de façon spéculative du simple au triple, au mépris des dispositions réglementaires. Dans la ligne de mire de la brigade, il y a des produits tels que gels et solutions hydro-alcooliques, gants stériles, glycérol, alcool, masques de protection, eau distillée, eau oxygénée, chloroquine, et azithromycine, etc. Une équipe de 27 spécialistes en médecine et produits pharmaceutiques relevant du Ministère de la santé publique fait corps avec la Brigade de contrôle et de répression des fraudes du ministère du Commerce pour la cause. A titre de rappel, les équipes du Mincommerce ont déjà procédé à la fermeture de plusieurs établissements et commerces pour « pratique illégale des prix ». Les mêmes équipes ont procédé au démantèlement de plusieurs caches de denrées alimentaires et produits de consommation dans les villes de Douala, Yaoundé et Bafoussam.

Production du ciment

Le marché de la construction est florissant au Cameroun. Il y a longtemps que le monopole de Cimencam a été vaincu, et la concurrence apportée par les promoteurs des cimenteries, sous la houlette du Mincommerce, est du pain béni pour les consommateurs. Le marché du ciment vit désormais au rythme de nombreux investisseurs : Cimencam, Cimaf, Dangote Cement… D’autres fabricants sont également annoncés.

Produits de grande consommation

Le ministre du commerce est hanté par la vie chère. Dans un contexte économique assez difficile, pas question pour lui de laisser à les Camerounais à la merci de la vie chère. En 2019 par exemple, Luc Magloire Mbarga Atangana avait annoncé la baisse des prix de plusieurs denrées alimentaires afin de soulager les ménages.

La décision du Mincommerce avait été prise, après une concertation avec les associations des consommateurs qui se plaignent depuis plusieurs mois de l’inflation et les importateurs qui ne parvenaient pas à s’accorder sur les prix à appliquer.

Il avait même fixé certains prix : le kg de riz-brisures 25% s’élève à 330 FCFA à Douala et 350 FCFA à Yaoundé. Le riz de luxe (Premium) est vendu à Douala à 410 FCFA et à Yaoundé à 425 FCFA. D’autres riz sont vendus à 375 FCFA (Douala) et 390 FCFA (Yaoundé).

S’agissant du poisson, le maquereau 20+ (poisson le plus consommé au Cameroun) est vendu à Douala et Yaoundé à 1000 -1200 FCFA le kg « en fonction de la taille et de la grosseur du poisson », précise le Mincommerce…

Guerre contre la contrefaçon

Le marché camerounais est infesté de produits douteux, issus de la contrefaçon. Elle pose un problème à la fois de santé et économique.
Le ministre du commerce n’hésite pas à se retrousser les manches, pour venir à bout de cette pratique. Tous les produits y passent. Les éléments de la Brigade de contrôle et de répression des fraudes du ministère du Commerce contribuent à maintenir l’ordre dans la commercialisation des produits. Ces dernières années, les saisies ont été légion : faux détergents, faux whiskies, pagnes contrefaits…

Qui est Mbarga Atangana ?

Luc-Magloire Mbarga Atangana est un homme d'État camerounais, né en 1954 à Nsazomo dans la Province du Centre. Titulaire d'un DESS en Droit des Entreprises Publiques obtenu à l'Université Paris Dauphine en 1987, il est depuis le 8 décembre 2004 ministre du Commerce.

Il est actuellement le porte-parole des pays ACP (pays d'Afrique, Caraïbes et de l'océan Pacifique partenaires de l'Union Européenne) aux négociations commerciales multilatérales à l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce).

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter