Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 16Article 556192

General News of Monday, 16 November 2020

Source: Actu Cameroun

Mbanga et Loum : les déplacés dénoncent les maigres salaires dans les champs

« J’ai pris avec moi mes douze enfants et mes deux épouses pour me réfugier ici à Mbanga. Je suis un agriculteur depuis l’enfance. J’ai laissé plus de 10 hectares de terre que je cultivais là-bas. J’ai trouvé la main d’œuvre dans une plantation d’ananas ici. C’est une très grande entreprise qui cultive l’ananas et exporte en Europe. Je leur apporte beaucoup de mon expérience, seulement je suis très mal payé », affirme Isidore.

Assis sur la véranda d’une case en brique de terre battue qui lui sert de lieu d’habitation, Isidore Ashu en compagnie de ses proches déplacés anglophones reviennent d’une rencontre avec le sous-préfet de l’arrondissement de Mbanga Denis Albert Ngankam. Ils auraient au cours de la rencontre remis une lettre où ils dénoncent les abus des patrons locaux qui leurs payent des salaires de catéchistes pour travailler dans leurs vastes plantations.



Besoin d’argent pour vivre
« Je travaille dans une plantation de banane plantain qui s’étend sur plus de 100 hectares. Il y a une partie de la plantation à Loum, un village du département du Moungo, et une autre partie des champs ici à Mbanga.Malgré les navettes dans les deux plantations, le patron qui est un riche industriel me paye à peine 500 Fcfa par jour. Nous avons beaucoup de volonté pour travailler, mais qu’ils augmentent nos revenus pour nous permettre de nourrir nos enfants », déplore un autre déplacé anglophone.

Les femmes et les enfants de 12 ans ou même moins de cet âge sont aussi employés dans les champs. Les femmes travaillent dans les immenses champs de palmiers à huile, de légumes ou de haricot vert qui s’étendent sur plus de 50 hectares. Les plantations situées dans les profondeurs du village. Ces femmes déplacées anglophones partent avec une voiture le lundi, et ne reviennent que le vendredi. C’est-à-dire qu’elles travaillent et dorment dans des campements là-bas. « Ce travail m’éloigne de mon mari et de mes enfants.


En un mois, je passe à peine 10 jours chez moi. Je n’arrive plus à suivre ma famille, et nous sommes très mal payées. » Confesse l’une des femmes. Les autres femmes se plaignent de la condition de vie des enfants qui sont employés dans ces champs. « À 10 ans on doit être à l’école. La loi interdit le travail forcé des enfants à ces âges-là. Nous en sommes conscients mais qu’allons-nous faire ? Nous avons besoin d’argent pour vivre. Nos enfants sont aussi obligés de travailler », explique Enoh Justice, femme déplacée, qui fond ensuite en larmes.

« victime d’une cabale »
Le département du Moungo est une zone agricole. Ses terres fertiles font courir les entrepreneurs européens et Camerounais qui dépensent des fortunes pour avoir des hectares de terres afin de faire de l’agriculture extensive. Riches et célèbres, la plus part des patrons vivent entre plusieurs pays. Surtout ceux qui font de l’exportation.

Informés de la plainte des déplacés anglophones qui travaillent dans leurs plantations, le regroupement des entreprises productrices de palmier à huile (Unexpalm) dit être victime d’une cabale de dénigrement. Son secrétaire général Claude Mpouma explique qu’ils n’ont jamais offert de contrats de travail discriminatoires aux déplacés anglophones. « Ceux qui sont dans les champs sont des agents temporaires sans critères fixes de sélection.

Généralement ce sont des travaux qu’on offre aux populations riveraines en respect des contrats d’exploitation avec l’Etat », se défend l’un des chefs d’entreprises. D’autres syndicats de regroupement des agriculteurs comme ceux de banane plantain et de palmier à huile ne cachent pas leur satisfaction d’avouer que pour toute entreprise, « la main d’œuvre moins chère est toujours la bienvenue ».

Une pratique en violation de la loi
L’article 10 du pacte économique, social et culturel ratifié par le Cameroun stipule que l’Etat a le devoir d’apporter « Une protection et une assistance aussi larges que possible à la famille, qui est l’élément naturel et fondamental de la société, en particulier pour sa formation et aussi longtemps qu’elle a la responsabilité de l’entretien et de l’éducation d’enfants à charge ».

L’article 11 rajoute que « Les Etats parties au présent Pacte reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants, ainsi qu’à une amélioration constante de ses conditions d’existence. Les Etats parties prendront des mesures appropriées pour assurer la réalisation de ce droit et ils reconnaissent à cet effet l’importance essentielle d’une coopération internationale librement consentie ».

Les autorités doivent donc prendre des mesures pour l’amélioration de la condition de vie des déplacés anglophones du Moungo.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter