Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 12Article 613342

Actualités of Thursday, 12 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Maximilienne Ngo MBE convoquée à la légion de gendarmerie du Littoral

Le motif de ladite convocation n'a pas été précisé play videoLe motif de ladite convocation n'a pas été précisé

• Maximilienne Ngo MBE est convoquée pour se présenter le 16 août 2021

• Le motif de ladite convocation n'a pas été précisé

• Elle est aussi connue au Cameroun pour son engagement dans la défense des droits de l'homme et des libertés


La présidente du Réseau des Défenseurs des Droits Humains en Afrique Centrale (REDHAC) vient d'être convoquée pour se présenter le 16 août 2021 à 10h à la légion de gendarmerie du Littoral.

Le motif de ladite convocation n'a pas été précisé.

Il faut préciser que Maximilienne Ngo MBE a apporté son soutien Rebecca Enonchong qui a été présentée au juge du tribunal de première instance de Bonandjo et placée en garde à vue depuis le 11 août 2021. L'entrepreneuse est accusée d’outrage à magistrat dans une crise de succession qui secoue la famille Enonchong. Selon les sources, la PDG de AppsTech aurait demandé au procureur général au cour d’une réunion, que toutes les affaires la concernant soient instruites par un seul juge. Ces propos auraient déplu au magistrat qui a ordonné son interpellation.

Maximilienne Ngo MBE est aussi connue au Cameroun pour son engagement dans la défense des droits de l'homme et des libertés. C'est ainsi que le Redhac n’est pas passé par quatre chemins pour réexiger la libération de l'activiste Sébastien Ebala, incarcéré « arbitrairement » à la prison centrale de Yaoundé depuis plus d’un an. Accusé de : « appel à manifestation non autorisée ; outrage au chef de l’Etat ; cyber criminalité et propagation de fausses nouvelles », le Redhac relève que Sébastien Ebala est détenu en violation des directives et principes à un procès équitable en Afrique.

CamerounWeb vous propose ci-dessous la copie de la convocation

Maximilienne_Ngo_Mbe_Convocation

Maximilienne Ngo Mbe traite Malachie Manaouda de « voleur irresponsable »

La directrice exécutive du Réseau des droits de l’homme pour l’Afrique centrale ne loupe pas une occasion de titiller les autorités camerounaises. Interrogé sur les marches organisées il y a quelques jours par le ministre de la santé par Camerounweb.com, la défenseure des droits de l’homme a lancé : « On vient encore de voir que sous la menace du Covid-19, pour emprunter les arguments du sous-préfet de Yaoundé Ier(Ndlr), le ministre de la santé qui est soupçonné d’avoir détourné des fonds Covid-19 a organisé une grande marche la semaine dernière en pleine pandémie. Surtout que c’est lui qui a l’obligation de sensibiliser en matière de Covid-19 » a-t-elle indiqué courroucé

Les marches du MRC

Revenant sur les motifs évoqués par le sous-préfet de Yaoundé Ier, pour interdire les arches du MRC, Maximilienne Ngo Mbe dénonce le fait qu’aucune autorité administrative n’a évoqué un risque de trouble à l’ordre public ou de propagation du Covid-19, lors des marches organisées par Manaouda Malachie. Pour elle les arguments du Sous-préfet sont « des arguments fallacieux. Nous avons de cesse de dire que la liberté de manifester et d’association sont des libertés fondamentales. Dans un Etat de droit elles ne peuvent pas être bafouées. Surtout que vous avez vu à mondovision que quand les ténors du Rdpc veulent organiser une manifestation, on n’évoque pas des troubles à l’ordre public ». Maximilienne Ngo Mbe jointe au téléphone par Camerounweb.Com ajoute que « le Cameroun va très mal, chaque jour on creuse, on creuse et les gens ne font que s’amuser, pourtant on va tout droit vers le chaos. Elle pense que l’autorité administrative aurait pu encadrer la manifestation plutôt que de l’interdire et prévient des risques de violences au cas où l’administration continue d’interdire les manifestations.

Rejoignez notre newsletter!