Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 23Article 507499

General News of Thursday, 23 April 2020

Source: Le Messager

Mauvaises fréquentations: retour sur un séjour sulfureux de Chantal Biya aux USA

En marge du sommet des premières dames africaines sous la houlette des Synergies africaines, la première dame du Cameroun n’a pas résisté à la tentation de se laisser aller au show et d’inviter Paris Hilton à Etoudi. Retour sur un séjour sulfureux.

C’est un trio dont tout parent prudent en Amérique se donne le devoir de tenir à bonne distance de sa progéniture. Elles sont riches et jolies, mais leur incroyable célébrité émane surtout de l’allure souvent dépravée qu’elles donnent à leur rythme de vie. Une fois, s’étant saoulée la gueule au cours d’une fête, l’une d’elles, pourtant sans caleçon – comme on dit chez nous – resta les jambes ouvertes, faisant signer a un photographe une pose qui circule toujours avec fracas plus de deux ans après. Une autre a annoncé à un moment son mariage avec une autre femme avec laquelle elle s’affichait à la moindre occasion ; et depuis l’échec de ce mariage, elle a trouvé un autre moyen de consterner l’Amérique entière en traînant dans les boîtes de nuit sa petite sœur âgée de quinze ans. L’une d’elles encore se fit actrice principale d’un film pornographique toujours à la mode en ce moment. On ne comptera pas le nombre de fois que chacune d’elles a eu à faire avec la police aux motifs d’ivrognerie, consommation de drogue, assauts physiques, etc…

Si Lindsay Lohan et Britney Spear n’étaient pas là, Paris Hilton quant à elle n’a pas loupé l’occasion de se pointer à la soirée de gala baptisée “gala des premières dames d’Afrique pour le sommet de la santé”, offerte par Chantal Biya à la tête d’une dizaine d’autres femmes de chefs d’Etats et de gouvernements africains, organisée à l’hôtel Hilton de Hollywood le 22 avril 2009 avec le soutien de Exxon Mobil comme sponsor.

Et la fêtarde Paris Hilton, dont le sénateur McCain, candidat à la dernière élection américaine s’était servie du nom et des gaffes pour tenter de dérouter Barack Obama son vis-à-vis, ne semble pas avoir souffert de l’absence du reste des membres de ce qui pourrait s’appeler a juste titre “the bad girl’s club”. L’œil brillant de plaisir et large sourire quand elle débarque sur les lieux de la fête à Beverly Hills, elle a instantanément trouvé une copine ou pourquoi pas, une rivale de mode, en la personne de Chantal Biya. Souriante à souhait et révérencieuse, la première dame du Cameroun arrivant à la soirée de gala s’est accrochée sur le bras de l’actrice du film pornographique. Puis, buste contre buste, les deux ont pris une photo qui n’en finit pas de susciter des commentaires dégradants dans de nombreux blogs. Avec sa coiffure ébouriffante semblable à la crinière de lion ; ses ongles effilés ; ses habits chics, le moins qu’on puisse dire est que Chantal Biya n’avait pas l’allure moins hollywoodienne. On pourrait dire qu’elle honorait ainsi merveilleusement le titre de la plus sexy des femmes des chefs d’Etats africains que lui collent, non sans ironie, certains journaux occidentaux.

Une renommée dévastée aux Usa

Et il se pourrait que de tels tête-à-tête Chantal Biya-Paris Hilton ne feraient que commencer. En effet, dans une récente interview sur le site internet Radar Online.com, Paris Hilton a annoncé son voyage pour le Cameroun très prochainement. “La Première dame du Cameroun en personne m’a invitée dans son pays et ça, c’est quelque chose que je tiens à honorer. C’est une priorité pour moi”, a-t-elle déclaré. Paris Hilton dont on se rappelle toujours la fameuse phrase : “j’aime l’Afrique en général. L’Afrique du Sud et l’Afrique de l’Ouest. Ce sont deux grands pays” ; sa dernière sortie gaffeuse vient de se passer devant un juge quand elle reconnaissait ne pas savoir comment on règle une facture de téléphone. De ce fait, Paris Hilton peut-elle servir de modèle au point d’être invitée par la première dame du Cameroun ? Si Chantal Biya le croit, n’y a-t-il pas lieu de vivement s’inquiéter, surtout pour la qualité d’éducation et la sensibilisation contre les maladies (notamment le Vih-Sida) dont elle a fait son cheval de bataille ? Ainsi tirée à quatre épingles et tenant “ glamoureusement ” tête à Paris Hilton, sans compter le coup en espèces sonnantes et trébuchantes du cadre Hollywoodien où elle s’est retrouvée avec une délégation pléthorique – comptant même des diplomates en poste à New York auprès de la mission de l’Onu – pendant deux jours au moins, la femme de Paul Biya a vite fait comprendre aux observateurs que le sort des malades de Sida et la mauvaise éducation de la jeune fille africaine dont elle se servira de prétexte pour s’afficher dans l’illustre cour des acteurs de cinéma, n’avaient pas la peau dure par faute de moyens des Etats africains ; mais de l’usage de l’argent du peuple par les dictateurs et leur entourage.

En fait, Chantal Biya est arrivée aux Usa avec une renommée dévastée. Il y a quelques mois, le Daily News new yorkais commentait sur son penchant au mascara, sa coiffure spectaculaire et son habillement coûteux. C’était quelques jours avant l’entrée de Michelle Obama à la Maison Blanche, et le journal new yorkais affichait la première dame du Cameroun comme un exemple à ne pas suivre par l’épouse de Barack.

Sur le dos du peuple

Par-dessus le marché, elle est des plus grands profiteurs du système de son époux Paul Biya qui a fait main basse sur le Cameroun depuis 26 ans et est, selon un récent rapport du département d’Etat américain, classé au dix-neuvième rang des dictateurs actuels des Etats dans le monde. Mais c’est depuis très longtemps qu’à Hollywood, on sait de quel poids financier pèsent les proches des dictateurs africains. En effet, les journaux ont vite fait de se souvenir de Teodoro Nguema Obiang l’un des fils du dictateur de Guinée équatoriale, qui en 2001 acheta pour 5,8 millions dollars (près de 3 milliards Fcfa) une villa à Bel Air non loin de Los Angeles et planifia de se lancer dans la carrière de producteur de Rap. En 2006, il se fit encore illustrer en dépensant 35 millions de dollars (plus de 17 milliards Fcfa) pour s’offrir un lopin de terre à Malibu ! Peut-être est-ce cette sale révélation qui a fait annuler à la dernière minute le débarquement de Constancia Mengue de Obiang, l’épouse de Obiang Nguema lui-même indexé par la presse américaine stupéfaite comme l’homme qui tua son propre oncle pour parvenir au pouvoir.

Mengue de Obiang n’était pas la seule absente de la liste des premières dames africaines lancées à la conquête de Hollywood. Annoncées pour rassembler plus de 22 premières dames pendant la conférence de presse tenue le 16 avril au cours de laquelle Jean Stéphane Mbiatcha (secrétaire exécutif de Synergies africaines), s’est chargé de parler à la place de Chantal Biya, c’est finalement une dizaine seulement qui s’est pointée avec cette curiosité venue du Kenya qui était représenté en même temps par les épouses du président de la République et du Premier ministre. Si Gordon Brown n’était pas actuellement un Premier ministre quasiment vomi des siens, l’on pourrait dire que la présence de sa femme constitue un lot de consolation à la fête que Synergies africaines a tenu à donner à Hollywood. Quoi qu’il en soit, les Britanniques ont vite fait de l’identifier comme n’étant pas celle à qui revient, chez eux, le titre de première dame ; et qu’elle agissait non pas au nom du gouvernement de son mari, mais comme fondatrice d’une organisation mondiale vouée à aider la femme à l’accouchement. Michelle Obama et Laura Bush quant à elles, ont dit un non catégorique au “cinéma”.

Si on a assez vu de la fameuse soirée de gala, quasiment rien n’a filtré du forum à proprement parler qui justifiait le séjour hollywoodien de Chantal Biya et de ses amies ponceuses du budget des pauvres Etats africains. Une odeur d’échec.

Michelle Obama évite la mêlée

En allant faire du show à Hollywood deux semaines plus tôt, la femme de Paul Biya et ses “collègues” formant le cercle des premières dames africaines, ne cachaient pas leur rêve de voir débarquer Michelle Obama. Mais c’est mal connaître celle qui, en quelque cent jours à la Maison Blanche, a réussi à conquérir le cœur des Américains. Classée par ses concitoyens parmi les cent personnalités les plus influentes actuellement du pays, elle ne s’aventure pas dans des milieux chics et néfastes pour l’argent du contribuable américain, tout comme elle n’a jamais eu à s’afficher avec des stars de Hollywood qui en plus, ont tout à apprendre dans le plus élémentaire des livres d’éducation civique et morale, sous le faux prétexte de chasser des fonds d’aide.

La diplômée de Droit de Havard pour ses premiers mois à la Maison Blanche s’est focalisée à jouer son rôle d’épouse et de mère modèle tout en s’engageant dans la lutte d’une bonne nutrition et de la santé des enfants. Elle l’a d’ailleurs démontré mardi dernier quand arrivée à New York, alors entourée par des personnages de Sesame Street, l’un des plus populaires dessins animés des Usa réservé aux moins de cinq ans, elle a fait une déclaration sur l’importance d’une alimentation saine et équilibrée. Une montée au créneau qui tombe à pic quand on sait que le fléau américain du moment, c’est l’obésité qui n’épargne plus les tout petits. “Je ne m’étais jamais imaginée au milieu de Elmo et du Grand Oiseau, c’était si amusant”, a-t-elle déclaré. De là, elle est allée à la rencontre du corps diplomatique américain en mission auprès de l’Onu, pour un entretien convivial et sans protocole. “Dans le monde entier, beaucoup compte sur le succès de vos efforts”, leur a-t-elle dit. Et pour la première fois, elle s’est aventurée dans l’univers politique en se chargeant d’être le porte-parole de son époux qui vient de créer un fond de 50 millions de dollars au bénéfice des Ong qui travaillent plus au contact des couches sociales en situation délicate. Un exemple à suivre.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter