Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 29Article 545047

General News of Tuesday, 29 September 2020

Source: afrik-inform.com

Maurice Kamto prisonnier malgré lui !

“Je suis un citoyen pétri de paix, qui aime son pays, qui l’a prouvé à diverses occasions […] ceux qui disent diriger notre pays le savent”. La mine serrée, c’est depuis son domicile à Santa Barbara où il vit désormais en condition de “résidence surveillée” que le président national du MRC s’est adressé au public dans le cadre d’une interview exclusive qu’il a accordé à la chaîne de télévision Équinoxe TV.

Depuis le 20 septembre dernier, la concession du professeur Maurice Kamto est assiégée par des éléments d’une unité mixte composée de la police et de la gendarmerie. Même si officiellement, ce dernier n’a pas été notifié de sa mise en résidence surveillée, il n’est désormais plus libre d’aller et de venir.

À en croire ses dires, certains agents en charge de la sécurité autour de son domicile ont même été interpellés. Une situation dont le collectif des avocats en charge de la défense des intérêts des militants du MRC et alliés est allé s’enquérir ce 28 septembre.

Me Hyppolite Meli, l’un des portes paroles de ce collège d’avocats dénommé “Collectif Sylvain Souop” dit avoir rencontré un homme “serein et déterminé à apporter sa contribution pour la construction de la paix dans notre pays”. Il dénonce au passage le fait que son client soit “encagé” depuis plus d’une semaine et dans l’incapacité de s’approvisionner en alimentations ni en soins médicaux.

C’est au cours de cette rencontre que les avocats de Maurice Kamto lui ont signifié que les patrons de la police et de la gendarmerie ont donné pour instruction aux forces de défense et de sécurité présentes sur le site d’empêcher systématiquement à l’homme politique de sortir de son domicile.

C’est avec un brin de sourire que le professeur Maurice Kamto a également déclaré dans cette vidéo diffusée sur la chaîne bleue qu’il est “probablement le bouc émissaire le plus commode que le Cameroun ai trouvé au cours des trente dernières années”.

Malgré les pressions et les menaces de Robert Amsterdam sur le cas de Maurice Kamto et celui des militants du MRC détenus dans divers endroits, le gouvernement ne plie pas. Le pouvoir en place à Yaoundé semble résolu à appliquer des sanctions fortes et sévères à l’endroit de ceux qu’il qualifie “d’insurectionnistes“.

Dans sa sortie, le collectif des avocats du MRC et alliés a aussi décrié les conditions inhumaines dans lesquelles sont détenus les marcheurs du 22 septembre dernier. Indiquant que les situations les plus préoccupantes sont celles du Camp de Mboppi, la DRPJ du littoral, la DRPJ du centre, le commissariat de Nkoldongo et le commissariat de Mokolo où les gardés à vues sont entassés dans des couloirs en soulignant les cas de femmes qui sont en période menstruelle et qui n’ont pas droit à une hygiène décente.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter