Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 11Article 561824

Politique of Friday, 11 December 2020

Source: www.camerounweb.com

'Maurice Kamto continuera à représenter une réelle menace pour le pouvoir en place'

Le président du Front Démocratique Révolutionnaire a commenté la récente levée du dispositf sécuritaire placé devant le domicile du Professeur Maurice Kamto depuis la veille des manifestations publiques du 22 septembre 2020.

Selon Aimé Cyprien Olinga, le président national du Mouvement pour la Renaissance du cameroun (MRC) "continuera à représenter une réelle menace pour le pouvoir en place". LECTURE.

« Le combat politique pour tout citoyen qui s’y engage est comme le sacerdoce pour le clergé. Quand on commence, on ne m saurait plus s’arrêter sans risque de décevoir amèrement ceux qui ont cru en vous et qui vous ont suivi sur ce terrain extrêmement glissant.

Pour nous au F.D.R «Front Démocratique Révolutionnaire» du Cameroun, notre parti politique ; le professeur Maurice Kamto nous en sommes certains, a conscience de l’espoir qu’il représente au sein du Mrc son parti politique et même au-delà de celui-ci désormais. Son avenir politique se construira et se consolidera en fonction en fonction de sa détermination à poursuivre le combat malgré l’adversité et surtout de la fidélité de ses partisans et alliés à le soutenir et l’accompagner dans cette grande mission.

Jusqu’à présent, nous estimons qu’il a suffisamment démontré qu’il est digne de confiance et qu’il peut représenter une alternative en termes de leadership à la tête de notre pays. Quand un régime vieux de quarante ans pratiquement ; qui a verrouillé toutes les possibilités d’alternance pacifique et qui s’évertue avec l’aide des forces de défense et de sécurité, une justice aux ordres et une administration partisane à s’éterniser au pouvoir par la répression et la violence à l’égard toute organisation et tout parti politique d’opposition véritable ; le Cameroun doit être fier d’avoir en ce moment d’avoir Maurice Kamto comme porte-étendard de l’opposition en général et de la coalition des forces du changement pour la paix et la démocratie au Cameroun actuellement en construction.

Va-t-il cesser d’être une menace pour le régime en place ? Nous ne saurions répondre de manière péremptoire à cette question. Car seul l’avenir nous dira. Toutefois pour le F.D.R et son leader que je suis, nous continuons de croire en en sa capacité à fédérer à court ou moyen terme les forces politiques de l’opposition dans le cadre des « Forces du changement pour la paix et la démocratie au Cameroun ». Pour l’avoir côtoyé dans le cadre de cette coalition en construction avant son embastillement, nous pensons quand même qu’il continuera logiquement à représenter une réelle menace pour le pouvoir en place.

S’il prétend que son combat va se poursuivre, alors quoi de plus normal pour un leader politique de sa carrure. C’est plutôt le contraire qui aurait dû susciter des interrogations et surtout des doutes sur ses capacités réelles en matière de leadership. Ce n’est pas, nous semble-t-il parce que certains combattants même s’ils sont très importants tombent sur le champ de bataille que le commandant en chef va capituler et ordonner à ses troupes de battre en retraite surtout lorsqu’il a encore des réserves en termes de ressources humaines, logistiques et financières. Il est probable pour le moment que Maurice Kamto peut compter sur beaucoup de ses lieutenants encore en liberté pour la suite du combat. Au demeurant, le F.D.R demande la libération immédiate de ses collaborateurs ainsi que de tous les autres prisonniers politiques encore en détention.

Pour notre parti, la question essentielle n’est pas de savoir si Maurice Kamto peut tenir face à la rage de Paul Biya d’étouffer toute velléité de contestation. Puisque les contestations il y en aura toujours. Les véritables questions à notre sens sont celles de savoir : pendant combien de temps encore les Forces de défense et de sécurité de ce pays vont continuer à se comporter comme des forces de répression mieux, comme des milices au service du régime contre les partisans de l’opposition en les réprimant avec autant de férocité qu’on a pu observer le 22 septembre 2020 et les jours qui ont suivi les marches pacifiques de protestation pour exiger le retour de la paix au Noso, la réforme consensuelle des institutions et du système électoral et d’Elecam ?

Pendant combien de temps encore la justice militaire sera utilisée par le régime prétendument civil au pouvoir pour régler les comptes aux militants des partis politiques de l’opposition ? Pendant combien de temps encore certains partis politiques dits de l’opposition accepteront d’être utilisés comme cheval de Troie par le pouvoir pour combattre d’autres partis de l’opposition ?

Pendant combien de temps la communauté internationale restera-t-elle encore aphone et atone face aux exactions et agissements du pouvoir de Yaoundé qui au mépris de tous ses engagements internationaux en matière de respect des droits de l’homme, des libertés fondamentales des citoyens et des principes démocratiques, continue allègrement de manière flagrante et scandaleuse à les violer?


Pour terminer, le F.D.R par ma voix souhaite un bon retour sur « le terrain de jeu » au « capitaine du Mrc » le professeur Maurice Kamto et demande une fois de plus la libération de ses collaborateurs ainsi que celle de tous les autres prisonniers politiques encore incarcérés ».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter