Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 03 28Article 584152

Actualités of Sunday, 28 March 2021

Source: cameroun24.net

Massacre de civil à Mbonge: un député français accuse l'armée camerounaise

Ces événements ce seraient produits le vendredi 26 mars 2021 ajoute-t-il Ces événements ce seraient produits le vendredi 26 mars 2021 ajoute-t-il

Le député Sébastien Nado a posté sur sa page officielle, des accusations contre l'armée camerounaise qui aurait tué des civils à Mbonge, dans le département de la Meme, dans le sud-ouest du Cameroun.

Selon la publication M. Nado qui a déjà à plusieurs reprises accusé l'armée camerounaise de perpétrer un génocide ne zone anglophone sous la complicité de la France, des militaires camerounais auraient tués une vingtaine de civils hier dans la localité de Mbonge, y compris des enfants, des femmes et des hommes âgés.

Ces événements ce seraient produits le vendredi 26 mars 2021 ajoute-t-il.

Une source que cameroun24 a pu contacter, confirme un raid militaire le vendredi 26 mars 2021 à Mbonge. Selon cette source, les troupes d'élite du Bataillon d'Intervention Rapide ont obtenu un renseignement sur un camp des séparatistes et l'ordre a été donné de détruire ce camp.

"A L'arrivée des militaires, le village abritait bel et bien un camp des sécessionniste. Une dizaine d'entre eux a été tué", ajoute la source.

"Si des civils ont été tué, il s'agit de dégâts collatéraux. ces civils n'étaient pas des cibles", ajoute la source.

L'armée n'a pas encore réagi officiellement à ces nouvelles accusations. Des massacres similaires par le passé se sont très souvent produits. Certains militaires sont encore actuellement jugés dans les tribunaux militaires pour des crimes similaires.

Les régions anglophones du Cameroun sont frappés par un violent conflit qui oppose l'armée régulière à des séparatistes qui réclament l'indépendance de leurs régions.

Le conflit a déjà fait plus de 18 000 morts et un million de réfugiés et déplacés internes selon des ONGs locales internationales.

Le Sénat américains menace de sanctions ciblées les différents protagonistes gouvernementaux et séparatistes qui violent les Droits de l'Homme.

Plusieurs partis de l'opposition réunis au sein des forces pour le changement, la sécurité et la paix au Cameroun ont débuté le 22 septembre 2020 une série de manifestations pour demander au gouvernement de mettre fin à cette guerre.

Rejoignez notre newsletter!