Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 01 12Article 566495

General News of Tuesday, 12 January 2021

Source: www.camerounweb.com

Massacre de civil à Mautu: un journal espagnol relate les faits

Plusieurs médias étrangers sont revenus sur le massacre de civils le week-end dernier dans le village de Mautu. Le site internet espagnol notimerica.com, dans son article intitulé "Neuf civils tués par des présumés soldats dans l'une des régions à majorité anglophone du Cameroun", relate les faits tels qu'ils se sont produits avec le concours des sources sur le terrain. LECTURE

Au moins neuf personnes, dont une fille, ont été tuées dimanche par des membres présumés des forces de sécurité camerounaises lors d'une opération dans le village de Mautu, situé dans l'une des deux régions à majorité anglophone du pays.

Des habitants cités par le journal «Journal du Cameroun» ont indiqué que les militaires avaient pris d'assaut la ville à la recherche de présumés miliciens séparatistes et avaient par la suite ouvert le feu sur les personnes présentes. Certains survivants ont rapporté avoir trouvé des corps à leur retour, après avoir réussi à s'échapper.

Dans ce sens, l'un des survivants a rapporté que les militaires "ont encerclé le village de telle manière que même ceux qui tentaient de fuir ont été abattus". "Ils ont tué neuf personnes, dont une mère et sa jeune fille, Kildia Akum", a-t-il déclaré.

Ce survivant a déclaré sur le site Mimi Mefo Info, dirigé par l'éminent journaliste du même nom, que les soldats étaient arrivés à pied. "Habituellement, quand ils arrivent dans leurs véhicules, nous entendons le bruit et nous fuyons, mais cette fois ce n'était pas le cas", a-t-il dit.

D'autre part, il a confirmé que les militaires recherchaient des miliciens et a confirmé que certains d'entre eux passent la journée à Mautu. "Nous avons peur de leur dire de ne pas venir car ils pourraient penser que nous sommes des traîtres, mais en même temps, leurs actions provoquent la mort d'innocents", a-t-il déploré.

De son côté, le Centre Sam Soya pour la Démocratie et les Droits de l'Homme a dénoncé à travers son compte sur le réseau social Twitter que «dimanche 10 janvier, l'armée camerounaise a massacré plus de dix civils non armés, dont des femmes et les enfants, dans la ville de Mauru ".
L'armée a été accusée à de nombreuses reprises d'être à l'origine d'exactions contre la population civile et le gouvernement lui-même a confirmé le rôle des militaires dans un massacre commis en février 2020 dans la ville de Ngarbuh et dans l'incendie d'une partie de la ville pour essayer de cacher les preuves.

Ce qui a commencé en 2016 comme des manifestations pacifiques des habitants des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, autrefois colonies britanniques mais qui ont décidé de rejoindre le Cameroun français, en raison de leur prétendue marginalisation par le gouvernement central, a conduit à une répression sévère du fait de l'auto-proclamation de l'indépendance de l'Ambazonie le 1er octobre 2017.

Depuis lors, les groupes armés ont proliféré et le soutien aux séparatistes, jusque-là assez marginal, s'est accru. Le gouvernement a répondu par une répression sévère, au cours de laquelle des organisations de défense des droits humains ont accusé les forces de sécurité de commettre des atrocités.

https://www.notimerica.com/politica/noticia-camerun-mueren-nueve-civiles-manos-supuestos-soldados-regiones-mayoria-anglofona-camerun-20210111141538.html?fbclid=IwAR0QmpaG0AGy5rL-8rFHAKQCS7ez7rjidKCRGlJ7_INbtLbZZVOpZKELo2s

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter