Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 09Article 504418

General News of Thursday, 9 April 2020

Source: mimimefos.com

Massacre de Ngarbuh: silence assourdissant du régime Biya sur les résultats de l'enquête

Le jeudi 9 avril 2020 marque quarante-trois jours après la création d'une commission d'enquête sur le meurtre de personnes dans le quartier Ngarbuh, sous-division Ndu du village de Ntumbaw dans la division Donga Mantung dans la région du Nord-Ouest.

La commission a été mise en place le 27 février 2020 sur instruction du président Paul Biya avec pour mission d'enquêter sur les meurtres et de fournir un rapport dans les huit jours. En y allant, les Camerounais attendaient les résultats de la commission au plus tard le 6 mars 2020.

Un habitant de la ville de Ndu, dans la division Donga Mantung, a déclaré «Nous pensons que la justice n'a pas été rendue contre nous qui avons perdu des parents et des biens au cours de l'homicide involontaire à Ngarbuh».

"Pourquoi le gouvernement est-il toujours silencieux depuis plus d'un mois depuis la création d'une commission?" Il interroge avec une consternation totale.

Contacté par téléphone par Mimi Mefo Info, l'officier supérieur de division de la division Donga Mantung, autrement président de la commission chargée d'enquêter sur les dommages causés par le massacre de Ngarbuh, a déclaré: «Nous avons mené l'enquête sur les dommages humains et matériels causés à Ngarbuh. En tant que président de la commission, j'ai transmis à la hiérarchie et à ce stade n'a pas le droit de déclarer à la presse ».

Pour Simon Nkwenti Ndoh, les dommages matériels et humains seront rendus publics par les autorités. Le nombre de personnes tuées lors de l'attaque de Ngarbuh du 14 février 2020 a été contrasté.

Selon le Réseau pour la défense des droits de l'homme en Afrique centrale (RHEDAC), plus de trente personnes ont été tuées. Le nombre comprend des enfants et une femme enceinte, chiffres que le gouvernement du Cameroun a jusqu'à présent contestés.

Le ministère camerounais de la Défense affirme que cinq personnes sont mortes à Ngarbuh non pas à la suite de tirs par les militaires, mais d'un incendie qui a éclaté à partir de carburant illicite censé être stocké dans des maisons à Ngarbuh. Alors que les Camerounais attendent avec impatience une enquête indépendante et impartiale sur toutes les atrocités commises dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis 2016, lorsque la crise anglophone a commencé, le gouvernement a lancé un plan de reconstruction des deux régions.

Avec la nomination de Paul Tasong en tant que coordinateur et de Njong Donatus en tant que coordinateur adjoint du plan de reconstruction et de développement, les critiques ressentent un plan bien calculé du gouvernement pour minimiser les douleurs causées aux populations et probablement laisser les auteurs impunis. Il est à noter que la guerre pour la restauration de l'Etat d'Ambazonie est toujours en cours et que l'armée continue de combattre les séparatistes. Enlèvements et paiement de rançon, le respect de la ville fantôme traditionnelle de lundi est toujours à l'ordre du jour dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter