Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 18Article 563198

General News of Friday, 18 December 2020

Source: Cameroon Info

Massacre de Ngarbuh: le procès des trois militaires incriminés renvoyé au 21 janvier 2021

C’est le verdict de l’audience ouverte ce 17 décembre 2020 au Tribunal militaire de Yaoundé.

Poursuivis pour «meurtre, incendie et destruction, violence sur femme enceinte et violation de consigne», les trois présumés auteurs (un gendarme et deux militaires) du massacre de Ngarbuh se sont bel et bien présentés ce 17 décembre 2020 à l’ouverture de leur procès au tribunal militaire de Yaoundé. Au cours de l’audience relative à cette affaire, le parquet a qualifié les faits qui leur sont reprochés de «comportement amoral, susceptible de porter atteinte à l’honneur et à la dignité de l’armée». Au final, le procès a été renvoyé au 21 janvier 2021.

Il faut dire que l’affaire Ngarbuh remonte au 14 février 2020. Dans la nuit, un assaut des forces de défense et de sécurité du Cameroun contre une base de rebelles séparatistes a causé la mort de 21 civils, parmi lesquels 13 enfants, selon le rapport de l’ONG Human Rights Watch(HRW). Après une enquête commandée par Paul Biya, le président de la République, la responsabilité de l’armée camerounaise a finalement été établie en Avril 2020. Selon le rapport de l’enquête, 10 enfants et 3 femmes ont été tués le 14 février par des militaires épaulés par une milice de l’ethnie peule, dans le quartier de Ngarbuh du village de Ntumbaw, dans la région du Nord-Ouest.

Deux jours avant l’ouverture de ce procès, l’ONG Human Right Watch qui intervient dans la défense des droits de l’homme a exigé un «procès équitable et sécurisé» afin d’établir toutes les responsabilités dans cette affaire et punir tous les coupables. «Les survivants et les membres de la famille des personnes assassinées à Ngarbuh se rapprochent d’un cran de la justice à laquelle ils ont droit. Garantir un procès équitable aux personnes accusées des meurtres – un procès ouvert au public où tous les participants se sentent rassurés que leur sécurité est garantie – sera crucial pour aider à briser les cycles de violence et d’impunité qui accablent les régions anglophones depuis quatre ans», pouvait-on lire dans le rapport commis le 14 décembre dernier.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter