Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 04 30Article 509110

General News of Thursday, 30 April 2020

Source: www.camerounweb.com

Massacre de Ngarbuh: RFI trouve toujours des zones d'ombres dans le communiqué de Biya

'Les conclusions de l’enquête lancée par les autorités sur le massacre de Ngarbuh continuent de susciter réactions et interrogations. Dans le communiqué de la présidence, il est fait mention de la présence aux côtés de l’armée camerounaise de civils membres d’un « comité de vigilance ». Dix d’entre eux ont même participé à l’assaut meurtrier, selon ce document. De source humanitaire, les affrontements entre ces comités et les populations locales se sont par ailleurs multipliés ces derniers mois. Qui sont-ils ? Quel rôle jouent-ils dans ce conflit ?, écrit RFI dans un article.

Notre confrère évoque particulièrement le fait que : 'A plusieurs reprises l’an dernier des responsables locaux des zones anglophones ont encouragé la population à se constituer en comité de vigilance face aux séparatistes. Plusieurs cérémonies de distribution de motos, téléphones, ou sifflets ont même été relayées par la presse locale. C’est en revanche la première fois que leur présence aux côtés de l’armée au cours d’une opération est mentionnée dans un communiqué officiel. Ce document parle de civils « armés » sans préciser ni leur identité, ni la nature et la provenance des armes'.

RFI pose en outre d'autres questions aux quelles elle-même ne trouve de réponse et aux quelles les autorités, même les plus loquaces et n'ont pas cherché à répondre. Il s'agit des questions relatives à des rapports de l'OCHA, le Bureau de coordination des affaires humanitaires et de l’ICG qui signalaient une augmentation des affrontements entre « des Mbororo » «venus du Nigeria » voisin, et les populations locales. 'Cette dynamique est jugée « inquiétante » par de nombreux observateurs, qui craignent qu’en s’appuyant sur ces comités à caractère ethnique, et dans un contexte de rivalité latente, les autorités camerounaises ne sèment les graines de conflits futurs qui risquent de perdurer au-delà de la crise anglophone', écrivent les journalistes de la Radio France Internationale.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter