Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 16Article 562691

General News of Wednesday, 16 December 2020

Source: Cameroon Info

Massacre de Ngarbuh: Human Rights Watch exige une procédure équitable et sécurisée

L’affaire débute le jeudi 17 décembre 2020 devant le Tribunal militaire de Yaoundé, et cette ONG internationale tire la sonnette d’alarme afin que justice rendue aux victimes.

On reparle du massacre de Ngarbuh (Nord-ouest). Cette fois-ci devant les tribunaux. Les résultats de l’enquête gouvernementale avaient permis d’inculper trois membres de forces de défene et de sécurité, et leur procès s’ouvre le jeudi 17 décembre 2020 devant le Tribunal militaire de Yaoundé, région du Centre.

Peu avant le début de cette affaire, l’ONG Human Rights Watch (HRW), a commis un nouveau rapport le lundi 14 décembre 2020, dans lequel elle salue « Un pas vers la justice pour les victimes du massacre de Ngarbuh », mais exige « un procès équitable et sécurisé », afin que tous les responsables de cette horreur paient pour leurs actes.

« Les survivants et les membres de la famille des personnes assassinées à Ngarbuh se rapprochent d’un cran de la justice à laquelle ils ont droit. Garantir un procès équitable aux personnes accusées des meurtres – un procès ouvert au public où tous les participants se sentent rassurés que leur sécurité est garantie – sera crucial pour aider à briser les cycles de violence et d’impunité qui accablent les régions anglophones depuis quatre ans », argumente », a Ilaria Allegrozzi, chercheuse senior sur l’Afrique Centrale à HRW.

Cet organisme de défense des droits de l’homme plaide par ailleurs pour que l’ensemble des personnes impliquées dans le crime du 14 février 2020 soient punies, convaincue qu’au-delà des trois fantassins, il en existe des commanditaires dans le haut commandement militaire du pays. D’après HRW, cinq avocats se sont volontairement constitués pour représenter les familles et les victimes.

Il importe de rappeler que dans la nuit du 14 février 2020, un affrontement entre forces de défense et de sécurité camerounaises au village de Ngarbuh avait causé la mort 21 civils dont 13 enfants selon HRW, et après coup, les soldats camerounais ont tenté de masquer leur forfait en mettant le feu dans le village.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter