Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 30Article 552772

General News of Friday, 30 October 2020

Source: cameroonvoice.com

Massacre de Kumba: Maurice Kamto et son épouse en noir ce jeudi 29 octobre

« Il n’est rien de plus éloquent que l’exemple », écrivait l’abbé Jean-Baptiste Blanchard dans son “L’école des mœurs ou les maximes de la sagesse” publié en 1772. A sa suite, un siècle plus tard, Alexandre Dumas, fils ; écrivait dans “L’homme-femme” (1872), que « L’exemple vaut mieux que la leçon, parce qu’il est plus difficile à donner ». Avant tous les deux, en 1964 (version en hollandais) et 1965 (version en français), dans ses “Réflexions ou sentences et maximes morales”, François VI de La Rochefoucauld écrivait : « La leçon des exemples vaut mieux que les préceptes. ».

Deux, trois et quatre siècles respectivement après, le philosophe, essayiste, juriste, homme politique et homme d’Etat camerounais, Maurice Kamto, remet au goût du jour le principe de l’exemplarité en politique.

Homme de paix, d’amour, de rigueur et de tolérance, Maurice Kamto prône sans cesse et en tous lieux ces valeur cardinales. Et contrairement à ceux qui ambitionnent de laisser à la postérité le souvenir de ceux qui ont apporté la démocratie et la prospérité, mais qui à la moindre contrariété envoie leur armée,leur police et leur justice sur le peuple avec pour mission de ne rien ménager jusqu’à ce les mécontents soient brisés ou morts ou dans le pire des cas, amenés par le biais de la corruption, à se renier, à renier leurs origines, à chanter à tue-tête les louanges du régime en place, le leader du MRC, président élu du Cameroun pour certains qui estiment qu’il a été « écarté de la gestion du pouvoir par la junte militaire à tête civile en laquelle s’est transformé le régime du successeur d’Ahidjo après le “coup d’Etat” du 6 avril 1984 », a toujours préché par l’exemple, donnant de l’amour, minimisant la haine quand bien même l’adversité s’exprimait dans toute sa sauvagerie ou cruauté, ou quand elle l’humilie comme c’était le cas lors de son enlèvement avec ses alliés politiques Christian Penda Ekoka et Albert Dzongang au domicile de celui-ci, ou encore depuis sa séquestration dans la nuit du 20 au 21 septembre dernier jusqu’à ce jour.

Comme il le fait depuis le lancement de la “Résistance Nationale contre le Hold-up électoral”, Maurice Kamto a de nouveau donné l’exemple en s’habillant en noir ce jeudi 29 octobre 2020, et en posant aux côtés de son épouse Julie, elle aussi habillée aux mêmes couleurs, à l’occasion du deuil national auquel il avait appelé ses compatriotes à la mémoire des élèves lâchement assassinés au complexe scolaire privé MOTHER FRANCISCA INTERNATIONAL BILINGUAL ACADEMY (MOFRIBA) par “un groupe d’hommes armés non identifiés” Kumba.

Dans une déclaration rendue publique trois jours plus tôt, en effet depuis sa prison à domicile, le Pr. Maurice Kamto, après avoir déclaré que

« Ce qui s’est passé à Kumba, après Ngarbuh, Zeleved par Moskota, Pinyi, Muyuka et d’autres localités encore, ne doit plus jamais – au grand JAMAIS – se reproduire », et considérant « l’émotion qui étreint tout notre peuple et afin de graver la tragédie de Kumba ainsi que celles qui l’ont précédées dans la mémoire collective de notre Nation », a appelé « tous les Camerounais, sans considération de chapelles politiques ou religieuses, à faire ensemble de la journée du JEUDI, 29 octobre 2020, une journée de DEUIL NATIONAL ».

« Je prie chacun de nous de s’habiller en NOIR ce jour-là et d’exprimer PAR LE MOYEN PACIFIQUE qu’il aura choisi sa douleur, sa solidarité avec les familles des disparus et son appel à la cessation immédiate de la guerre fratricide dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest »,

concluait celui que de nombreux Camerounais considèrent comme le seul vrai « président élu » de la présidentielle du 7 octobre 2018.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter