Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 11 05Article 554011

General News of Thursday, 5 November 2020

Source: Cameroon Info

Massacre de Kumba: Mark Bareta lève le voile et hausse le ton

Le militant séparatiste camerounais basé en Belgique, Mark Bareta, dit qu'il est malade du COVID-19 mais qu'il se rétablit maintenant.
Le militant a rompu son silence sur les réseaux sociaux mardi 3 novembre 2020, annonçant qu'il se battait contre le COVID-19.

«Cela fait un moment que vous avez entendu parler de moi. Le vôtre combattait vraiment le coronavirus. Je récupère encore et mes doigts peuvent maintenant écrire. Je tiens à remercier tous ceux qui m'ont contacté suite à mon silence et merci à tous pour les prières et les meilleurs vœux », a déclaré Bareta.

La Belgique a eu l'un des taux de mortalité par habitant les plus élevés de la première vague de coronavirus en mars-avril, et a maintenant le plus grand nombre par habitant de nouvelles infections confirmées d'Europe, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Les hôpitaux seraient au bord du gouffre alors que le nombre de cas montait en flèche.

Depuis son lit de malade, Bareta a condamné l'attaque de l'école de Kumba et a appelé les combattants séparatistes armés de Kumbo à libérer les enseignants détenus sous leur garde.

«Alors que je lutte contre le coronavirus et dans le processus de récupération, j'ai eu la force d'écrire ces mots. Les meurtres à Kumba sont inacceptables. Je la condamne complètement. J'appelle les hommes armés du comté de Bui à libérer immédiatement le personnel emmené [à Kumbo] », a déclaré Bareta dans un tweet.

Il a dit que l'attaque contre l'Académie bilingue internationale Mère Francisca Fiango, Kumba, qui a fait sept étudiants morts et plus d'une douzaine d'autres blessés est «insensée et diabolique».

Ses paroles: «Je condamne avec véhémence cette action. Comme je l'ai déjà dit, les écoles, les églises, les hôpitaux ne sont pas des zones où aller en temps de guerre. Ces zones doivent être protégées et notre peuple et nos enfants méritent le droit à l’éducation. Les personnes tuées à Kumba ne sont pas mortes à cause de l'insécurité; ils sont morts parce que certaines personnes ne les voulaient jamais dans les salles de classe. C'est inacceptable et je le condamne sans réserve.

«J'appelle les dirigeants d'Ambazonia et les groupes de combat du comté de Meme à mener une enquête approfondie sur cette question et si cela vient du camp d'Ambazonia, les coupables doivent être désarmés…»

Bareta a poursuivi en disant que l'enlèvement des enseignants de l'école primaire presbytérienne de Kumbo mardi était «insensible».

Nos enfants sont là pour étudier et nous devons assurer leur sécurité à tout moment, a-t-il dit, enjoignant aux hommes armés de libérer immédiatement les enseignants enlevés.

Les forces de l'État se battent pour déloger les séparatistes armés depuis que la crise actuelle s'est transformée en conflit armé en 2017.

Les demandes des entreprises par les avocats de la common law et les enseignants anglophones ont conduit à des manifestations en novembre 2016. Les manifestations de rue se sont ensuite transformées en batailles à coups de feu entre les forces de l'État et les combattants séparatistes armés dans les régions à prédominance anglophone, entraînant une destruction incalculable de vies humaines. les habitats et les moyens de subsistance.

Les meurtres, les enlèvements et autres atrocités à la carte font désormais partie de la vie quotidienne dans certaines parties des régions anglophones.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter