Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 04 18Article 590587

xxxxxxxxxxx of Sunday, 18 April 2021

Source: camerounweb

Martin-Roger Aba’a rabat le caquet du sous-préfet de Sangmelima

Selon le directeur de l’observatoire des textes de base du Rdpc, le sous-préfet Saïdouna Ali, a tenu des propos des propos déplacés à l’endroit de sa majesté Suzanne Evina Medjo, ce qui constitue pour lui un risque de graves sanctions à l’encontre de l’administrateur.

Le vendredi 9 Avril 2021, Le Préfet de Sangmelima a reçu les chefs des villages (Avebe-Essé, Oveng-Yembong, Bikobo-Essam, Ndjom-Essam, Eminemvom-Essé Ekoumdoum Ndjom-Essaman Evelessi-2 Evelessi-3), l’ensemble les responsables techniques des forêts et Jean Jacques Evina Akono en faillite afin de dissiper tout malentendu et d’apporter des éléments de réponse aux différents préoccupations de coupe de bois à la suite d’une prétendue demande du Ministre de la Forêt et de la Faune Monsieur Jules Doret Ndongo.

Je dois vous rappeler que cette réunion a déjà eu lieu le 27 août 2020 à Eminemvom-Essé. Ce jour-là, la gestion intéressée et frauduleuse de l’arrondissement de Sangmélima par Saïdouna Ali sous-préfet de Sangmélima avait été publiquement mise à nue (à cause de la corruption). Les populations locales vigilantes lui avaient démontré avec les documents à l’appui que la prétendue exploitation de Nkolafane désignée était fausse, ceci démontré par de faux documents prouvés par Jean Jacques Evina Akono, ceci en plus de ce qui se trouve dans ce dossier, concernant les forêts de Bengbis et non Nkolafane.

Depuis cette déconvenue, Saïdouna Ali pourrit la vie à Sa Majesté Suzanne Evina Medjo cheffe du village Avebe-Esse. Il la persécute, la harcèle. Ceci peut être assimilée à du harcèlement, à de l’agression, de l’intimidation et ça devient invivable. Il faut que cela cesse.

Sa Majesté Suzanne Evina Medjo est dans son droit et son rôle de veiller à son patrimoine ancestral. Elle est notre figure emblématique. Et, à ce titre, elle mérite autant de respect que tout autre chef de sexe opposé. Peut-être que dans le Grand-Nord, les femmes n’occupent pas ce type de fonction, n’ont pas ce titre contrairement au Sud, où il est courant de rencontrer des femmes « cheffe de village » elles sont aussi respectées que leurs homologues masculins et ne se mettent pas à genoux pour servir leur Mari/époux comme on peut le voir dans le Grand-Nord.
Monsieur Saïdouna Ali, sachez que Sa Majesté Suzanne Evina Medjo n’est pas l’une vos épouses, mais une cheffe du village, et vous lui devez du respect. Elle n’est pas une femme soumise, sournoise et hypocrite que les femmes du Grand-Nord, elle ne peut pas se soumettre à votre volonté.

Arrêtez Monsieur d’entraver son travail, elle a quitté la France pour se battre et pour s’impliquer dans le développement dans son village Avebe-Esse. Vous ne la connaissez pas, son parcours vous est complètement inconnu. Vous ne vous adressez pas à une tête vide. Vous lui devez donc un minimum de respect.

Voici un bref portrait de sa Majesté : Cheffe du village Avebe-Esse, sa Majesté Suzanne Evina Medjo quitte le Cameroun pour la France en 1963 avec son BEPC en poche, elle obtient son baccalauréat en France en 1966, elle réussit son entrée à l’école Normale Supérieure de Saint Germain en Laye. Elle sortira de cette école avec une agrégation. Intéressée par la santé, elle réussit son concours en médecine à Paris elle se spécialise en Pédiatre elle va approfondir ses connaissances en Pédiatrie au Canada. Voilà en quelques mots une brève présentation de sa Majesté.

Nous, frères et sœurs, proches et collaborateurs de sa Majesté, nous vous donnons cet avertissement : « Si vous vous attaquez encore à Sa Majesté Suzanne Evina Medjo, nous ne vous laisseront pas faire ». Vous allez finir les pieds devant nous espérons que vous avez compris. On ne s’attaque pas à notre Majesté Suzanne, notre fierté notre maman notre icone ici à Sangmélima, cette femme joue de nombreux rôles dans notre village, de la mère et de la personne qui s'occupe de l'enfant au magnat et à l'entrepreneur, la liste est sans fin.

Bien que l’égalité des sexes ait progressé au fil du temps, les femmes ne sont pas toujours considérées comme dignes de respect. La violence à l'égard des femmes demeure omniprésente dans le monde, malgré les efforts importants déployés pour la reconnaître, l'éliminer et la prévenir sous toutes ses formes. Les droits humains sont également des droits des femmes, et chacun a un rôle à jouer dans la promotion de l'égalité des sexes, et tout commence par un respect inconditionnel des femmes.

On sait que dans le Grand-Nord, la place de la femme reste encore à revoir dans votre communauté, les femmes sont toujours chosifiées, assimilées à du bétail, ce n’est pas le cas à Sangmélima. Et les Essé respectent la femme. A Sangmélima, un gentleman ouvrira des portes à une femme, sortira des chaises et permettra à une femme de s’asseoir et transportera des objets lourds pour une femme par galanterie. Non pas parce que la femme est impuissante ou incapable, mais parce qu'il veut montrer à la femme qu'elle est précieuse et digne de respect.

Aujourd’hui, vous harcelez notre sœur, vous faites pression sur notre sœur parce qu’elle refuse d’être à votre botte. Oui elle ne sera jamais une béni oui-oui comme les chefaillons que vous dites avoir favorisé la désignation comme chef de village moyennant quelques millions de francs cfa. un exemple manifeste à la chefferie Eminemvom-Esse où vous aviez enfreint la loi en désignant Louis Paul Medou Ze comme unique candidat… Vous auriez perçu des millions des mains de l’Ex-président-Directeur-General de Finexs Voyages le feu Etoundi (paix à son âme) pour éliminer la candidature de Monsieur Etoua Medou.
Vos intimidations ont démarré quand vous avez décidé de ne plus inviter Sa Majesté Suzanne Evina Medjo dans vos réunions, et ceci sans aucune explication. Honte à vous.

Vendredi 9 Avril 2021, en pleine réunion animée par le Préfet de Dja et Lobo, vous
avez eu le culot de dire publiquement à Sa Majesté Suzanne Evina Medjo je cite : « est difficile de designer un chef de village mais plus facile de le déposer » .Ces propos déplacés venant de vous sont susceptibles de faire l'objet d'une sanction disciplinaire et de donner lieu également à des poursuites pénales. Si dans votre Grand-Nord natal il vous est possible qu’un sous-préfet dépose un Lamido chez nous à Sangmélima et dans le Sud, nous savons que depuis le 31 mai 2018, désormais et contrairement aux connaissances administratives acquises jusqu'ici, il n’est pas du ressort du gouverneur, du préfet ou du sous-préfet d’autoriser la déposition d’un chef traditionnel.
Ce chantage à l’endroit de sa Majesté est indigne de vous. Et je vous recommande de relire le décret n°77/245 du 15 juillet 1977 portant l’organisation des chefferies traditionnelles. Il est écrit que la destitution des chefs de 3è degré est prononcée par le Ministre de l’Administration territoriale (Article 30).

Saïdouna Ali vous avez continué à engueuler Sa Majesté Suzanne Evina Medjo sous
les yeux des chefaillons vos momies de chef de village. Saïdouna Ali je suis sérieux, vous êtes plus un Menteur. Sachez qu’un Menteur se dit des personnes qui mentent et les lèvres menteuses sont en abomination au Seigneur ,je ne vous insulte pas c’est vrai, vous êtes un menteur et mentir c’est dissimuler, déguiser volontairement la vérité, nier ou taire ce qu'on devrait dire. Vous affirmez publiquement que c’est la diaspora qui écrit les correspondances de Sa Majesté Suzanne Evina Medjo, vraiment ça ne va pas d’où vous sortez cela ? Vous n’avez pas pris la peine d’apprendre, de connaître qui est sa Majesté, son parcours, sa bibliographie, vous n’aurez jamais raconté de telles inepties !

Vous affirmez que vous n’avez pas négocié avec Martin Roger Aba’a pour la présence de deux représentants de la diaspora à la réunion que vous aviez organisé à Eminemvom chez Blaise Ebale Engolo le 27 août 2020. Je crois que vous n’avez pas honte nous (toi et moi) sommes entendus au téléphone pour la présence de deux représentants de la diaspora, vous aviez posé vos conditions que j’ai respecté sauf l’enveloppe et la bouteille de whisky que vous mendiez.

Vous savez moi je n’aime pas les fonctionnaires qui quémandent, vous oubliez de dire que vous et moi sommes en contact que nous nous envoyons des messages. Je garde jalousement vos messages haineux méprisants et insultants que vous m’envoyez d’ailleurs le +237 75285502 est bien votre numéro de votre téléphone, Monsieur le sous-préfet, votre niveau académique et professionnel sont insuffisants avant de crier au scandale sachez que la divulgation d'un numéro de téléphone personnel n'est pas interdite car cela signifierait que les annuaires téléphoniques sont illégaux. Dès l'instant où vous donnez votre numéro de portable à une personne je ne vois pas ce qui lui interdit de le communiquer à d'autres personnes. Ce qui est critiquable et éventuellement condamnable c'est l'usage qui en est fait.

Pour conclure

Les essé rappellent à Monsieur Saïdouna Ali que s’il n’arrête pas de harceler Sa Majesté Suzanne Evina Medjo et s’il lui arrive quelque chose ses frères ne se laisseront pas faire, le coupable finira les pieds devant. A bon entendeur Salut !

Le préfet de Sangmélima est dans son rôle il aurait reçu du ministre une lettre non rendue publique lui demandant de dissiper les malentendus du faux dossier de coupe de Bois de Bengbis frauduleusement déportée à Nkolafane cela ne veut dire pas que Monsieur Jean Jacques Evina Akono est autorisé à couper les arbres de cette foret.

Je remercie Monsieur Damien Owono Préfet de Sangmelima qui découvre le côté sombre des dossiers des exploitations forestières de Sangmelima et surtout la malhonnêteté de son sous-préfet Saïdouna Ali qui confond Bengbis et Sangmelima et rédige de faux procès-verbaux.

A la Population locale dont la survie dépend des ressources de Nkolafan, sachez qu’aucun arbre ne sera abattu. Le Cameroun est un pays de droit. Nous irons s’il le faut jusqu’à la cour de cassation.

A Monsieur Saïdouna Ali, si quelque chose vous gêne concernant la diaspora, n’ayez pas peur vous avez mon numéro de téléphonez, Arrêtez d’intimider Sa Majesté Suzanne Evina Medjo elle a sa vie, c’est quelqu’un bien, de cultivé, de courtois que les Essé respectent, une mine d’or pour nos enfants. Ayez du respect pour sa Majesté comme vous pourriez l’avoir pour votre Lamido.
Attention les pieds devant. Un homme avertit en vaut deux !

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter