Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 02 05Article 455615

General News of Tuesday, 5 February 2019

Source: cameroonvoice.com

Marche du MRC: le porte-parole de Kamto tacle sévèrement Atanga Nji


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le sémillant porte-parole de Maurice Kamto n'a pas les yeux aussi gros que ceux du monstre froid qui trône à la tête du ministère de l'Administration territoriale, lequel aime à se faire peur à l'occasion en les sortant carrément des orbites pour effrayer les marcheurs inoffensifs de l'opposition ; Il lui manque aussi cette méphistophélique propension à la mythomanie d'un Issa Tchiroma capable de vous dire en vous regardant dans les yeux que des soldats camerounais pris en flagrant délit d'exécutions sommaires ne sont pas des soldats camerounais pour la simple raison qu'ils n'ont pas aux pieds des "bottes de type rangers", ou l'assurance infatué d'un René Sadi affirmant sans sourciller que des journalistes capturés nuitamment dans un domicile privé, en plein exercice de leur métier, étaient en train de participer à des manifestations non autorisées…

Bibou Nissack n'a pas ses "grandes" qualités-là dont on a un si vital besoin au pays de la sacralisation des écarts et du rejet presqu'absolu des normes.

Il a cependant, et c'est "regrettable"( !) dans un pays où la politique est plutôt l'art des manipulations les plus grotesques et des machinations infernales dans le but de diaboliser et d'embastiller l'adversité, une intelligence de la chose politique à couper au couteau pour un jeune qui ne revendiquait pas un statut d'homme politique il y a quelques mois encore, avant de rejoindre l'équipe de campagne électorale de Maurice Kamto. Et un sens de la repartie décoiffant à faire rugir de rager ses trois aînés nommés supra.

"Invité Afrique" ce mardi, 5 février sur la radio française RFI, ce "terroriste-kamtoïen" a encore fait valoir ce "défaut" propre aux partisans de Maurice Kamto lors d'un entretien avec le journaliste Christophe Boisbouvier : une intelligence aiguisée d'âme décidément bien née.

LIRE AUSSI: Affaire Jean Momo: présenter des excuses aux juifs ne suffit pas

Sans (mauvaise) publicité, il semble que ce soit une maladie chez Kamto et ses amis :
- Défense avec brio du dossier Bakassi à la Cour Internationale de Justice ;
- Défense avec brio du recours en annulation partielle de l'élection présidentielle au point de tenir en haleine trois jours durant tout un peuple subjugué par les avocats de l'avocatier Kamto
- Défense sans précédent de sa victoire à l'élection présidentielle au point de faire perdre la tête à des policiers obligés de tirer sur les jambes des manifestants…

Au Cameroun, voilà huit jours que Maurice Kamto, le numéro 1 de l'opposition, est en prison, suite à la présidentielle du 7 octobre dont ses partisans contestent les résultats officiels dans la rue. Pour son porte-parole, Olivier Bibou Nissack, cette arrestation n'est pas nécessairement une mauvaise nouvelle.

RFI : Avec l'arrestation de Maurice Kamto est-ce que votre combat ne devient pas de plus en plus difficile ?

Olivier Bibou Nissack : L'arrestation du président élu, du président élu en dehors de toute fraude électorale, Maurice Kamto, ne rend pas le combat plus difficile, bien au contraire. Il attire les regards sur la forfaiture qui est ici dénoncée par lui, dans le cadre du Plan national de résistance.

A la suite de cette présidentielle du 7 octobre, vous avez organisé, le 26 janvier, des manifestations dans plusieurs grandes villes du pays. Mais elles n'étaient pas autorisées, du coup, le pouvoir parle de provocation. Les manifestations obéissent à un régime, et constitutionnel et légal, clair, au Cameroun. Alors, dans notre cas, en essayant l'exercice du dépôt des déclarations, nous avons essuyé, au moment où je vous parle, de façon systématique, plus d'une centaine de fins de non-recevoir.

C'est-à-dire que depuis le 7 octobre, à chaque fois que vous demandez l'autorisation de manifester, celle-ci vous est refusée ?

LIRE AUSSI: Propos incendiaires contre les juifs: vers un limogeage de Jean Momo

Sur plus d'une centaine de demandes, il y a plus d'une centaine de fins de non-recevoir. Je suis clair là-dessus.

Et le pouvoir vous reproche tout particulièrement d'avoir inspiré la mise à sac des ambassades du Cameroun à Paris et Berlin.

Vous savez, quand on va se balader au village de la fraude électorale, on finit toujours par se retrouver au pays de « et si je mentais ». Cette facilité à dire des inexactitudes, à porter de fausses accusations, qui s'est d'ailleurs illustrée dans l'usage de faux procès-verbaux accréditant de faux résultats présidentiels au Cameroun, cela, nous n'en attendions pas moins de la part du régime. Le gouvernement illégitime de Yaoundé incrimine d'abord et ensuite procède à une enquête. Non seulement c'est une accusation fallacieuse, mais elle n'est pas fondée, parce que le Plan national de résistance repose sur le recours exclusif à la non-violence et à des manifestations pacifiques.
Mais le ministre de la Communication, René Sadi, affirme que les militants de l'opposition qui ont mis à sac ces deux ambassades se réclamaient du MRC, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun, votre parti ?

Nous récusons l'emploi du terme « militant ». Nous le récusons formellement et farouchement. Ce ne sont pas des militants du MRC, en tout cas.

Alors, de qui s'agit-il ?

Que les enquêtes nous permettent de le savoir.

Et quelle est la position de Maurice Kamto par rapport à ces manifestants de Paris et de Berlin ?

Maurice Kamto a été clair. Il ne peut pas apporter sa caution à des mises à sac ou à des destructions d'édifices publics, peu importe lesquels.

Pour l'instant, Maurice Kamto est en garde à vue administrative. Si demain il est inculpé pour « insurrection », « rébellion », voire « hostilité à la patrie », est-ce que vous ne craignez pas qu'il soit condamné à une lourde peine et qu'il reste longtemps en prison ?

Le prisme sous lequel nous regardons cette affaire, c'est l'attitude de Maurice Kamto, qui est irréprochable. Et donc, qui, au regard de la loi, ne peut pas aboutir à une incrimination ou à une inculpation de quelque nature que ce soit. Si Maurice Kamto est reconnu l'auteur d'une marche pacifique et s'il est reconnu avoir fait usage des droits civiques et politiques qui lui sont dévolus, il sera probablement très vite relaxé le moment venu. Maurice Kamto est serein, a sa conscience tranquille et est prêt à ce que la justice soit rendue, car elle ne peut être qu'en sa faveur.

Donc pour vous, il n'y a rien dans le dossier judiciaire contre Maurice Kamto ?

C'est totalement vide, étant donné qu'au niveau des manifestations qui ont été menées dans le cadre du Plan national de résistance et notamment la marche blanche du 26 janvier, il n'y a eu, sur l'ensemble du territoire national, que des manifestations pacifiques, avec des manifestants qui, lorsqu'ils étaient menacés d'être chargés par les forces de l'ordre, appliquaient les consignes. Et les consignes étaient : « Vous vous asseyez, ou alors vous levez les bras au ciel et vous chantez l'hymne national ». Les manifestants ont suivi la consigne.

Quand le ministre camerounais de la Communication affirme que le gouvernement n'a rien contre le MRC et n'a nullement l'intention de décapiter ce parti, comment réagissez-vous ?

Nous pensons que le ministre du gouvernement illégitime en question fait de l'humour et c'est un humour de mauvais goût. Parce qu'au moment où nous parlons, le MRC fait, en effet, partie d'une sorte de programme ciblé de décapitation.

LIRE AUSSI: Affaire Jean de Dieu Momo: 'la CRTV' exige la démission de 'l'idiot utile'

Depuis le 26 janvier, les réactions internationales sont timides. Est-ce que vous êtes déçu ?

Nous ne sommes pas déçus, parce que le Plan national de résistance se fonde sur la capacité de résilience des Camerounais. Maintenant, au-delà de cela, si au plan international nous pouvons observer quelques contradictions, une sorte de deux poids, deux mesures, ceux qui se montrent les auteurs de ce « deux poids, deux mesures » répondront en âme et conscience, lorsque le moment sera venu. Nous avons bien vu qu'il y a des partis pris pour le respect de la démocratie, qui se sont manifestés ailleurs, mais qui ne se sont pas manifestés au Cameroun.

Quels sont les pays où vous trouvez que la communauté internationale est plus réactive ?

Je me souviens que dans le cas du Venezuela, dans le cas de la RDC, cela se passe de tout commentaire, les pays qui se sont illustrés à cette occasion-là.

Et de ce point de vue, vous êtes un peu déçu ?

En ce qui nous concerne, nous constatons et nous sommes étonnés.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter