Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 29Article 545068

General News of Tuesday, 29 September 2020

Source: radio Balafon

Marche du 22 septembre: un projet programmé pour échouer

C’est l’avis de certains analystes et observateurs de la scène politique, au moment où les auteurs se bombent le torse d’avoir réussi leur pari. Mais Comment lancer un appel et ne pas prendre des dispositions pour y répondre soi-même ? Une grosse bourde de la part du Mouvement pour le Renaissance du Cameroun Mrc, et particulièrement de son président Maurice Kamto, pensent des acteurs de luttes politiques d’autrefois. Parmi eux Henriette Ekwe militante politique engagée pendant les années de braise.

« Là vraiment, je ne comprends pas ce que KAMTO a voulu faire. Il a fait comme il a vu et le problème c’est que, il faut se rapprocher des gens qui ont l’expérience politique.

»Plusieurs fois arrêtée, bastonnée, bref victime de plusieurs formes de violences physiques sur sa personne dans le cadre de ses luttes politiques, la combattante Henriette Ekwé Ebongue fait le constat d’une bataille perdue d’avance. « On ne peut pas lancer comme ça, un mot d’ordre sans le clarifier. Que qui n’a même pas un comité de base au marché centrale. Il y a les associations des femmes Bayam Salam très efficaces, les associations des commerçants des marchés de Douala, il y a les motos taxi. On ne fait pas une insurrection sans essayer de rassembler. » déclare t-elle.

Rassembler ! le préalable que le professeur Maurice Kamto a manqué d’observer. Mais il y a pire. Son absence sur le théatre des opérations le jour dit. Une attitude contraire à celle des combattants pour le retour au multipartisme au Cameroun, combattants tels que John Fru Ndi et Anicet Ekanè. Prix international Femme de courage en 2010, Henriette Ekwe se souvient que : « Quand EKANE dit qu’il va marcher, il arrive à l’heure, il dit suivez-moi et il fonce. Pareil pour MBOUDA MASSOCK, pareil pour JOHN FRU NDI. Les leaders ne restent pas à la maison. Ce qui est étonnant c’est que des jeunes. Parce qu’à l’époque FRU NDI avait 50 ans et moi 40. Ce que je trouve terrible c’est que toute la Direction du MRC ne soit pas sortie. »

Et de son point de vue l’argument de l’assignation à résidence brandi aujourd’hui pour justifier l’absence du leader du Mrc ne passe pas. « Quand tu lance un mot d’ordre, tu ne peux pas dormir chez toi. Le fait d’avoir lancé ce mot d’ordre, il était déjà sous surveillance, que tu ne revienne pas dormir chez toi comme un enfant. »

Le professeur Maurice Kamto, se serait-il laissé prendre comme un enfant ? Difficile à croire répond une certaine opinion.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter