Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 25Article 544249

General News of Friday, 25 September 2020

Source: cameroonintelligencereport.com

Marche du 22 septembre : la maison de Maurice Kamto en état de siège

Un manifestant a été tué au Cameroun alors que la police et les gendarmes réprimaient les manifestations contre le président vétéran Paul Biya, a annoncé mardi le principal parti d'opposition du pays, tout en accusant les forces de sécurité d'avoir assiégé le domicile de leur chef.

La police et les gendarmes ont tiré des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour interrompre les manifestations dans le centre commercial de Douala, appelant à la fin du règne de Biya, qui dure depuis près de 40 ans, ont déclaré des témoins de Reuters.

Le rassemblement a été convoqué par le plus proche rival de Biya, 87 ans, Maurice Kamto, du parti du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun, qui espère déclencher une révolte populaire comme on le voit dans d'autres pays africains tels que le Mali et le Burkina Faso.

Le domicile de Kamto était «en état de siège», entouré de chars et de gendarmes lourdement armés, a déclaré Joseph Ateba, un haut responsable du parti de Kamto, le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC).

Ateba a déclaré que des centaines de personnes avaient été arrêtées à travers le pays, dont le trésorier du MRC, Alain Fogue, et le porte-parole de Kamto, Olivier Bibou Nissack.

«Il est accusé de rébellion et d'hostilité envers la patrie, entre autres», a déclaré Jeanne Édith Bibou, l'épouse de Nissack.

La police a renvoyé les demandes de commentaires au ministère de l'Intérieur, qui n'a pas pu être immédiatement contacté.

Les forces de sécurité avaient envahi les rues des plus grandes villes du Cameroun, y compris la capitale Yaoundé, ces derniers jours en prévision des manifestations, soulevant l'inquiétude des habitants quant à un retour au type de répression violente des manifestations ces dernières années.



Des centaines de personnes se sont rassemblées dans le quartier commercial Ndokoti de Douala en scandant «Biya doit partir!». La police, campée dans des camions aux principales intersections, a poursuivi certains des manifestants à travers le quartier et dans leurs maisons, ont déclaré des témoins.

Longtemps bastion de calme dans une région mouvementée, le Cameroun est sombré dans le chaos ces dernières années alors que Biya combat les insurgés islamistes dans son extrême nord et les rebelles séparatistes à l'ouest.

Biya est également sous la pression des militants politiques des centres urbains qui veulent du changement, disent qu'il a volé des élections et qu'il est le cerveau d'une série de réactions mortelles contre ceux qui s'opposent à lui.

Le gouvernement nie ces accusations.

Biya a remporté une élection de 2018 qui, selon Kamto, était frauduleuse.

Kamto a été emprisonné pendant neuf mois en 2019 pour insurrection à la suite d'une manifestation. Il a ensuite été gracié, mais son arrestation a galvanisé l'opposition et a conduit à des manifestations sporadiques depuis lors.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter