Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 15Article 562547

General News of Tuesday, 15 December 2020

Source: focusmedia-afrique.net

Marche du 22 septembre : Maximilienne Ngo Mbe déshabille le régime Biya

La directrice exécutive du REDHAC était l’invité de l’émission « BONJOUR CHEZ VOUS » de ce 15 décembre 2020 sur RADIO EQUINOXE. Suite à la sortie des députés européens qui accusent le Cameroun d’enfreindre les Droits de l’Homme, l’équipe de la matinale a abordé avec elle les moyens de pressions possibles que les députés européens peuvent avoir sur Yaoundé.

Selon Maximilienne NGO MBE, le REDHAC et d’autres organisations de la société civile nationale et internationale demandent la libération pure et simple des prisonniers d’opinion et plus particulièrement les membres du mouvement pour la renaissance du Cameroun embastillés depuis le 22 septembre 2020 dans le cadre de la marche pacifique. A la question de savoir quelles peuvent être les armes de pression des députés européens sur Yaoundé après leur récente sortie, la directrice exécutive du REDHAC souligne « il suffit peut-être que les députés européens disent que pour l’aide au développement de 2021 si le Cameroun ne libère pas tous les prisonniers d’opinion on va soit couper ou diminuer l’aide » un peu plus loin, cette dernière souligne également le fait qu’il faut même refuser le visa à ceux qui s’entêtent à ramener le Cameroun au 19ème siècle.

Toujours selon elle, à partir du moment où nous avons des relations bilatérales, l’une des parties est en droit de vous demander tranquillement ce qui se passe car dit-elle « si je dispose des manœuvres de vous faire fléchir, je le fais » selon elle les députés européens ont les moyens de faire fléchir le gouvernement car c’est ainsi que le gouvernement pourra libérer les prisonniers politiques dit-elle. Mais un peu plus loin, Maximilienne NGO MBE précise qu’il ne s’agit pas chaque fois d’arrêter et de libérer car il faut que le gouvernement arrête de museler les opposants politiques et même les défenseurs des droits de l’Homme. Au cours de cette émission, elle a proposé au gouvernement de montrer la volonté politique en adoptant une loi qui protège les militants de la démocratie car dit-elle « il n’est plus question de dire s’il faut libérer ou ne pas libérer »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter