Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 09 22Article 543232

General News of Tuesday, 22 September 2020

Source: Actu Cameroun

Marche anti-Biya : des sanctions contre des autorités en cas de violation des droits de l’Homme

C’est l’une des menaces brandit par le cabinet «Amsterdam and partners LLP». C’est la firme que Maurice Kamto a engagée pour défendre les droits des manifestants qui prendront part aux manifestations de mardi 22 septembre 2020.

Le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) a fait appel au cabinet «Amsterdam and partners LLP» pour défendre les droits des manifestants qui prendront part aux manifestations de mardi 22 septembre 2020. Sans tarder, le cabinet s’est mis au travail.

Dans une lettre adressée au chef de l’Etat camerounais, Robert Amsterdam l’un des actionnaires de cette firme, met en garde les autorités camerounaises contre des éventuelles violations des droits de l’Homme. « Nous vous informons également de notre intention de demander des comptes aux autorités de la République du Cameroun pour toute violation éventuelle des droits de l’homme, des droits civils et de la sécurité physique du Professeur Kamto, des membres du MRC, et de tous les participants aux manifestations pacifiques et aux activités de l’opposition le 22 Septembre et ultérieurement. » Prévient l’avocat canadien.

La firme se dit déterminé à défendre les droits de M. Kamto et du MRC conformément à la Constitution camerounaise et au droit international des droits de l’Homme. C’est pourquoi elle ainsi que l’ensemble de la communauté internationale, suivrons de près les événements qui se dérouleront en République du Cameroun.

Gel de comptes bancaires, saisie des avoirs détenus à l’étranger…
Dans le cadre de marche anti-Biya, « Nous nous attendons à ce que ces rassemblements pacifiques, dans l’exercice des droits nationaux et internationaux garantis de liberté d’expression et de réunion, soient autorisés et protégées. » Peut-on lire.

En cas de violation éventuelle des droits de l’homme, le cabinet d’avocats menace de poursuivre en justice afin qu’il ait « des sanctions ciblées contre des autorités camerounaises en vertu du Global Magnitsky Act des Etats-Unis d’Amérique et du Global Human Rights Sanctions Regulations du Royaume-Uni. Les personnes ciblées en République du Cameroun désignées dans le cadre de ces programmes de sanctions, pourraient être confrontées à un large éventail de conséquences, notamment le gel de comptes bancaires, la saisie des avoirs détenus à l’étranger et la révocation des visas de voyage pour les personnes désignées et leurs familles. »

L’imposition de sanctions économiques

Et de poursuivre : « tout responsable de la République du Cameroun qui se livrerait à de telles violations, les autoriseraient ou y consentirait, s’exposerait à des conséquences graves. Si nous avons connaissance de violations des droits de l’homme commises par des autorités ou en leur nom, nous avons l’intention, de concert avec les autres conseils, de porter plainte auprès des instances juridictionnelles appropriées au niveau national, régional ou international. En outre, nous sommes prêts à plaider en faveur de l’imposition de sanctions économiques et autres, contre les responsables qui violeront droits fondamentaux de M. Kamto. »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter