Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 09 05Article 617125

Actualités of Sunday, 5 September 2021

Source: www.camerounweb.com

Manipulation : Steve Fah publie des preuves qui mettent à mal Boris Bertolt (vidéo)

Steve Fah publie des preuves qui mettent à mal Boris Bertolt Steve Fah publie des preuves qui mettent à mal Boris Bertolt

• Une vidéo de Steve Fah met à nu Boris Bertolt

• Il s’agit de l’affaire Cyrus Ngo’o

• Boris Bertolt n’aurait pas dit toute la vérité



"Cyrus Ngo'o a déjà payé 54 milliards F CFA pour un projet déjà surfacturé à 25 milliards F CFA » ; c’est par ce message que lanceur d’alertes Boris Bertolt avait annoncé il y a quelques semaines les détournements de fonds dont le Directeur du Port Autonome de Douala Cyrus Ngo’o serait responsable. D’autres révélions du journaliste camerounais en exil accusent le patron du port de nombreuses malversations dans l’exécution du contrat de sécurisation du port. Cyrus Ngo’o entendu au Tribunal Criminel Spécial, a toujours nié les faits qui lui sont reprochés et parle de « dénonciations calomnieuses ». Les faits semblent lui donner raison. Le vloggeur camerounais pour tirer cette affaire au clair, a fait une descente au Port autonome de Douala.

Premier constat, contrairement aux affirmations de Boris Bertolt selon lesquelles les travaux du chantier de sécurisation du port étaient réalisés à 10%, les images filmées par Steve Fah montrent un port clôturé sur une distance de 25 km avec des postes de contrôle modernes et des unités de pesage.
L’autre grande révélation du reportage de Steve Fah porte sur le montant du contrat. Là aussi Boris Bertolt et Steve Fah ne s’entendent pas. Alors que le lanceur d’alerte fait état d’un marché de 54 milliards, Steve Fah et le Port Autonome de Douala parlent d’un montant de 32 milliards.

« Il ne s'agit pas d'un marché de 54 milliards, mais plutôt de 32 milliards divisés en deux phases. Les travaux de construction de la première phase sont à 99% et non 10%. Il ne s'agit pas d'une simple barrière mais d'un vaste projet promis par le président de la République Paul Biya pendant sa campagne de 2011 ».
A en croire Steve Fah, les entreprises prestataires de la première phase du projet ont été rémunérées à hauteur de travail qu’elles ont effectué (99% du marché). La deuxième phase du projet n’ayant pas démarré, aucun montant n’a été payé.

Rejoignez notre newsletter!