Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 10Article 612883

Actualités of Tuesday, 10 August 2021

Source: Info Matin

Manaouda Malachie en danger : nouveau rendez-vous au TCS

Nouveau rendez-vous au TCS Nouveau rendez-vous au TCS

Le ministre en charge de la Santé publique (Minsante), Manaouda Malachie, a, une fois de plus, rendez-vous ce mardi, 10 août, dès 10 heures précises, avec le corps spécialisé des officiers de police judiciaire du Tribunal criminel spécial (Tcs). Bien qu'officiellement en congé annuel administratif de 15 jours, il a été prié de demeurer à Yaoundé.

Et surtout de rester à la disposition de la justice, dans le cadre des présumées malversations financières en rapport avec le fonds de solidarité nationale contre le Covid-19 et ses répercussions économiques et sociales. Déjà auditionné pendant quelque 13 heures le 18 mai, au lendemain de la publication du rapport d'étape de la Chambre des comptes de la Cour suprême, l'ex-secrétaire général du ministère de l'Eau et de l'Energie (Minee) s'était farouchement défendu, à titre personnel, des faits de crimes économiques, fautes de gestion, surfacturations, concussions et autres marché fictifs portés à sa charge et de ses services.

Cette fois, le Minsante est, apprend-on de la même source, attendu sur un autre pan de la controverse. Si votre quotidien n'a pu savoir si Manaouda Malachie sera entendu en sa résidence ou dans les locaux dédiés aux Opj (officiers de police judiciaire) du Tcs, l'objet, lui, ne semble souffrir d'aucune équivoque. «Il est question, pour le ministre de la Santé, d'expliciter le fond du conflit qui l'oppose actuellement au ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze», a expliqué à votre journal, sous le sceau de l'anonymat, un responsable du ministère de la Santé. De l'absence de justificatifs. Le 27 juillet, en effet, le Minsante a, dans un courrier à l'argentier national, vigoureusement contesté les accusations de non régularisation, par son département, des avances de trésorerie consenties à son profit, pour un montant total de 45,9 milliards de francs au titre de l'année 2020, contenus dans le rapport d'activités du Minfi sur la lutte contre le Covid-19 publié le 22 d'avant.

Ainsi que votre journal l'a déjà mentionné (05/8), Manaouda Malachie a relevé des incohérences dans le rapport de Louis Paul Motaze et demandé des rectifications. Il rappelle ainsi que le montant des avances, mentionné dans le document, n'est pas de 45,9, mais de 34,5 milliards de francs. Que, les paiements du «fonds Covid» ayant été effectués par la paierie spécialisée auprès de son département, et donc par un service détaché du ministère des Finances, on ne saurait exciper l'absence de justificatifs sur la base desquels, justement, les payeurs détachés du Minfi procèdent systématiquement aux décaissements.

Dans sa correspondance, le Minsante rappelle également que la direction générale du Budget (Dgb), autre composante du Minfi, a reçu le 20 avril 2021, en plus du compte d'emploi des ressources mobilisées dans le cadre des contributions volontaires des personnes physiques et morales, toutes les pièces justificatives, le livre journal des recettes ainsi que le livre journal de caisse. Instructions du Sg/Pr. Selon toute vraisemblance, les 10 milliards querelles, entre les deux membres du gouvernement, relèvent des dépenses faites en 2021, et non en 2020 par le Minfi. Elles ont trait, dit-on, à un transfert par les Finances de 4 milliards de francs à Afriexim pour l'achat de vaccins auprès de l'Union africaine (UA), de 2 milliards de francs ont virés par le Minfi au Programme élargi de vaccination (Pev) en vue de couvrir les frais opérationnels de la vaccination. Dans la même veine, Louis Paul Motaze a procédé à un virement de l'ordre de 400 millions de francs à Orca, dont l'immeuble de Yaoundé a été réquisitionné et transformé en centre de prise en charge de malades du Covid-19, sous la supervision du secrétaire général de la présidence de la République (Sg/Pr), Ferdinand Ngoh Ngoh. Une autre enveloppe, d'un montant de 250 millions de francs, a été virée à l'hôpital Laquintinie de Douala. Toutes ces dépenses, imputées au Minsante pour l'exercice 2020, ont été ordonnées pendant l'année en cours par le Sg/Pr. Autant de déblocages de fonds instruites depuis le Palais de l'unité au Minfi, le Minsante n'en ayant été informé qu'après coup.


S'agissant des contributions financières des personnes physiques et morales, ayant culminé à 3 milliards de francs selon le rapport 2020 du Minfi, Manaouda Malachie a aussi tenu à apporter des précisions et à demander des rectifications à son homologue Louis Paul Motaze. Cette enveloppe, affirme-t-il, a été directement mouvementée au niveau du secrétariat d'Etat au Minsante en charge des épidémies et des pandémies, le compte d'emploi desdites dépenses, ainsi que toutes les pièces justificatives, restant à la disposition de l'argentier national et de ses services compétents.

En possession de plusieurs autres données sur la question, les Opj du Tcs entendent ainsi confronter leurs éléments pour voir plus clair sur le gap de 10 milliards de francs, dont l'usage aurait manifestement échappé à l'orthodoxie financière. Désormais minutieusement exploré par le Tribunal, ce volet du Covidgate, soupire une fin connaisseuse du dossier, pourrait permettre de lever des lièvres d'un niveau jusqu'ici insoupçonné.

Rejoignez notre newsletter!