Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 08 06Article 612388

Actualités of Friday, 6 August 2021

Source: www.camerounweb.com

Malgré la grippe porcine, les habitants de Yaoundé s’empiffrent de porc

C’est une maladie qui ne passe pas de l’animal à l’homme. C’est une maladie qui ne passe pas de l’animal à l’homme.

Les signaux internationaux de l’élevage parlent d’une grippe porcine critique.

Les populations de Yaoundé mangent du porc chaque jour.

C’est une maladie qui ne passe pas de l’animal à l’homme.

La peste porcine africaine n’est pas une zoonose c’est-à-dire elle ne passe pas de l’animal à l’homme », tel que l’explique Jean Marc Feussom, sous-directeur de la protection sanitaire de l’épidémio-surveillance au ministère de l’Elevage, des pêches et de l’industrie animale. C’est peut-être la raison pour laquelle, malgré que les signaux internationaux de l’élevage parlent d’une grippe porcine déjà critique, les populations de Yaoundé n’ont cure de ces alertes et continuent de s’empiffrer de viande porc. Hier encore, on semblait terrifié par l’éventualité de tomber malade mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Dans un coin situé en plein cœur de la capitale politique, une ambiance festive entoure les différentes buvettes du coin ; du poisson à la braise, des poulets braisés et du porc braisé trônent majestueusement sur les différents comptoirs des vendeurs. Mais la viande la plus prisée est le porc. « Mets-moi 3 morceaux, met l’oignon, ajoute le piment, réduis les plantains monsieur… ». Voilà qui résume l’ambiance autour de ce présentoir. Rien à voir avec l’actualité de la peste qui alimente les débats. Une réalité visible du côté dans plusieurs endroits de plaisirs de la ville. Ça et là, femmes, jeunes, vieillards et responsables, s’empiffrent de la viande de porc et de ses boyaux.

Baisse des couts.

En parcourant, les charcuteries de certains marchés de la ville, l’on constate que le kilogramme de porc qui coûtait 2500 Fcfa se vend désormais à 2000 Fcfa. Une aubaine pour les consommateurs qui n’arrêtent pas de se ruer vers cette viande principalement prisée par plusieurs camerounais.

Rejoignez notre newsletter!